Publié dans Sport

Volley-ball- Championnat des Clubs Zone - 7 Victoire à domicile de la GNVB

Publié le dimanche, 10 février 2019

Jamais deux sans trois. Après avoir perdu son titre aux Seychelles lors de la dernière édition, la Gendarmerie nationale de volleyball club (GNVB) vient de récupérer son bien en gagnant son troisième titre du championnat des Clubs Zone 7 (CCz7), hier au Palais des sports de Mahamasina. L’équipe championne de Madagascar vient de se renouer avec le titre en remportant la finale contre l’Olympique Montagne de Goyaves des Iles Rodrigues sur trois sets à un au terme du match. Les gendarmes se sont imposés dès le premier set à 25-19 mais lors de la deuxième manche, les bérets noirs ont connu un léger relâchement permettant à l’équipe visiteuse de la gagner 25-19. 

Au troisième set, Andry, Bob et ses camarades n’ont montré aucune pitié et  ont voulu gagner à tout prix le match devant leur public. Ce dernier est venu remplir les places désertes du Palais des sports de Mahamasina lors de la phase éliminatoire à 75% durant la finale et les demi-finales. La GNVB remporte haut la main le troisième set 25-15. Les Rodriguais ont riposté à l’ultime manche mais la GNVB n’a pas lâché l’affaire et remporte son troisième titre de l’océan Indien à 25-22 à l’issue du match.  Chez les dames, les Quatre Bornes VB viennent de garder leur titre devant l’Orange Club d’Amitié de Rodrigues en trois sets à un (19/25, 25/19, 25/22,25/13)

 

Après avoir perdu les demi-finales, le Bi’As était l’équipe malheureuse de cette compétition car malgré son parcours durant les phases, Rose de Lima et ses camarades ont aussi perdu le bronze devant l’As Royal de Mélissa, l’ancienne Stef’Auto lors de la petite finale. Ce sont les Ladies d’Anse Royal qui ont gagné la partie en quatre manches (3 sets à1) 25-19, 25-21, 18-25,  25-21. Pour les autres, Stef’Auto termine 6e tandis que l’AMVB figure dans la lanterne rouge du classement. Chez les hommes, la CNaPS termine 5e pour sa première participation et JSA finit 4e tandis que Cosfa finit 8e. Les Iles Rodrigues étaient la révélation de cette compétition car pour leur première participation, elles ont réussi  à hisser deux équipes en finale. Il s’agit de l’équipe féminine, l’Orange Club d’Amitié et l’Olympique Montagne de Goyaves pour les hommes.   Pour la première fois, la compétition la Confédération africaine de volleyball (CAVB) et la Fédération ont nommé une liste de meilleurs joueurs et meilleures joueuses.

Elias Fanomezantsoa

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena
  • Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action
  • Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Editorial

  • Cœur en flammes !
    Notre-Dame de Paris s’embrase. « Le cœur en  cendres » titrait à la Une un célèbre quotidien parisien. En effet, le cœur de Paris sinon le cœur de la France voire le cœur de l’Europe a pris feu ! Sans doute, Notre-Dame de Paris est le symbole national de l’Histoire de France. Un des édifices historiques qui témoigne de la valeur culturelle et religieuse des Français. Bâti en 1163 dans l’Ile de la Cité,  sous le règne de Louis VII et à l’initiative de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, elle ne sera achevée, du moins la structure principale, qu’en 1345. La durée des travaux s’étalait donc sur deux siècles. A titre de comparaison hâtive, les ouvriers ont mis trente ans pour finir les travaux de construction de l’Arc de Triomphe sur la Place de l’Etoile à Paris (1806-1836), et cela, malgré la pression impatiente du commanditaire des travaux, un certain Napoléon 1er.…

A bout portant

AutoDiff