Publié dans Sport

Football-Caf - Le Libérien Musa Bility démissionne des Instances et charge Ahmad

Publié le mardi, 05 février 2019

C’est chaud à la CAF (Confédération africaine de football). Ce week-end dans un courrier confidentiel adressé au Comité exécutif de l’institution mais qui a finalement fuité sur Internet, le Libérien Musa Bility annonce ses démissions du Comité d’Urgence et de son poste de président de la Commission d’organisation du CHAN (Championnat d’Afrique des nations). Le ton de la terre ne fait aucun doute. Musa Bility s’en prend ouvertement à Ahmad, président de la CAF qu’il accuse « d’abus de pouvoir et d’autoritarisme ».

« Le pouvoir exécutif de la CAF est conféré au Comité exécutif. En d’autres termes, vous ne pouvez pas assumer des prérogatives que vous n’avez pas. Chaque décision du président de la CAF doit être approuvée par le Comité exécutif. Or, ce n’est clairement pas le cas actuellement » , écrit Bility. L’ancien président de la fédération libérienne de football estime qu’Ahmad ne lui a pas pardonné d’avoir indiqué qu’aucune autre décision que le retrait de la CAN 2019 au Cameroun n’avait été prise à Accra, en novembre 2018, lors de la réunion du Comex.

En outre, il s’insurge contre le fait qu’une réunion de la Commission d’organisation du CHAN se soit tenue la semaine dernière sans que lui président ne soit avisé. Tout comme il a été tenu à l’écart de la dernière rencontre du Comité d’urgence qui a nommé un Coordinateur général à la CAF, un poste qui n’existe pas dans les statuts : « Je ne peux plus supporter le fait de travailler à ces postes face aux lubies et aux caprices d’un président qui, je pense, est en train de diriger cette noble institution dans la mauvaise direction »

Il revient également sur le transfert d’un fonds destiné à sa fédération nationale alors qu’il était président mais qui s’est retrouvé dans un compte tiers en Pologne.

« J’espère que ma démission servira de réveil afin que nous restions fermes et que nous assurions que la CAF soit dirigée comme il faut, en accord avec les statuts, de manière à apporter un réel changement au football africain. C’étaient nos lignes directrices lors de notre quête de changement. Ne laissons pas notre mission et notre vision détournées en plein vol »,conclut-il.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena
  • Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action
  • Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Editorial

  • Cœur en flammes !
    Notre-Dame de Paris s’embrase. « Le cœur en  cendres » titrait à la Une un célèbre quotidien parisien. En effet, le cœur de Paris sinon le cœur de la France voire le cœur de l’Europe a pris feu ! Sans doute, Notre-Dame de Paris est le symbole national de l’Histoire de France. Un des édifices historiques qui témoigne de la valeur culturelle et religieuse des Français. Bâti en 1163 dans l’Ile de la Cité,  sous le règne de Louis VII et à l’initiative de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, elle ne sera achevée, du moins la structure principale, qu’en 1345. La durée des travaux s’étalait donc sur deux siècles. A titre de comparaison hâtive, les ouvriers ont mis trente ans pour finir les travaux de construction de l’Arc de Triomphe sur la Place de l’Etoile à Paris (1806-1836), et cela, malgré la pression impatiente du commanditaire des travaux, un certain Napoléon 1er.…

A bout portant

AutoDiff