Publié dans Sport

Afro basket U16 - Madagascar battu d’entrée (63-117) devant l’Egypte

Publié le jeudi, 13 juillet 2017

La messe commence. Le coup d’envoi du championnat d’Afrique des moins de 16ans « Afrobasket U16 », s’est tenu à l’île Maurice.  Initialement, cette compétition devait réunir 12 pays. Mais deux zones n’ont pas tenu de compétition régionale et deux autres pays sont absents de la messe continentale, à savoir l’Angola et le Ghana. Les équipes championnes et vice-championnes représenteront l'Afrique à la 5e édition des championnats du monde de basket-ball, qui se tiendra en 2018 en Argentine. Les équipes participantes ont disputé leurs
premiers matches, hier, au gymnase de Phœnix.

Madagascar se trouve dans une poule pas très clémente en se glissant dans le groupe B avec l’Algérie, le Rwanda et l’équipe championne en titre, l’Egypte. Madagascar a perdu d’entrée son premier match devant l’Egypte hier. Largement dominé,  Madagascar mené 80-42 à la troisième  quart-temps, cède 63-177 face au tenant du titre. Demain, l’équipe malgache affrontera l’Algérie pour son deuxième match à 15h30 heures locales. La sélection de Maurice, pays hôte,  se trouve dans le groupe A avec le Mozambique,  la Tunisie et le Mali. Après la cérémonie d’ouverture, on verra dix pays en lice pour la couronne. C’est ainsi qu’on retrouvera l’Egypte, le Mali, l’Algérie et l’Angola aux premières loges de la compétition. Ces quatre nations constituent en effet le quatuor de tête, qui avait vu l’Egypte sacrée en 2015 aux dépens du Mali, alors pays hôte de la compétition. La Grande île est loin d’être l’outsider de cette compétition. Pour Madagascar, c’est son adversaire des quarts de finale qui déterminera son destin dans cette compétition. Mais l’objectif de ce championnat est de finir au moins dans le carré final pour la formation de Maminirina Razafindrakoto alias Kims, le coach malgache. Cette année, les Egyptiens reviennent avec l’intention de garder leur titre. Mais cette fois, les Maliens veulent effacer la cruelle défaite de la finale il y a deux ans, où ils s’étaient inclinés (63-64). « Je pense que nous avons tout ce qu’il faut pour remporter le titre », déclare l’entraîneur malien, Mamoutou Kane.

Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff