Publié dans Sport

Afro basket U16 - Madagascar battu d’entrée (63-117) devant l’Egypte

Publié le jeudi, 13 juillet 2017

La messe commence. Le coup d’envoi du championnat d’Afrique des moins de 16ans « Afrobasket U16 », s’est tenu à l’île Maurice.  Initialement, cette compétition devait réunir 12 pays. Mais deux zones n’ont pas tenu de compétition régionale et deux autres pays sont absents de la messe continentale, à savoir l’Angola et le Ghana. Les équipes championnes et vice-championnes représenteront l'Afrique à la 5e édition des championnats du monde de basket-ball, qui se tiendra en 2018 en Argentine. Les équipes participantes ont disputé leurs
premiers matches, hier, au gymnase de Phœnix.

Madagascar se trouve dans une poule pas très clémente en se glissant dans le groupe B avec l’Algérie, le Rwanda et l’équipe championne en titre, l’Egypte. Madagascar a perdu d’entrée son premier match devant l’Egypte hier. Largement dominé,  Madagascar mené 80-42 à la troisième  quart-temps, cède 63-177 face au tenant du titre. Demain, l’équipe malgache affrontera l’Algérie pour son deuxième match à 15h30 heures locales. La sélection de Maurice, pays hôte,  se trouve dans le groupe A avec le Mozambique,  la Tunisie et le Mali. Après la cérémonie d’ouverture, on verra dix pays en lice pour la couronne. C’est ainsi qu’on retrouvera l’Egypte, le Mali, l’Algérie et l’Angola aux premières loges de la compétition. Ces quatre nations constituent en effet le quatuor de tête, qui avait vu l’Egypte sacrée en 2015 aux dépens du Mali, alors pays hôte de la compétition. La Grande île est loin d’être l’outsider de cette compétition. Pour Madagascar, c’est son adversaire des quarts de finale qui déterminera son destin dans cette compétition. Mais l’objectif de ce championnat est de finir au moins dans le carré final pour la formation de Maminirina Razafindrakoto alias Kims, le coach malgache. Cette année, les Egyptiens reviennent avec l’intention de garder leur titre. Mais cette fois, les Maliens veulent effacer la cruelle défaite de la finale il y a deux ans, où ils s’étaient inclinés (63-64). « Je pense que nous avons tout ce qu’il faut pour remporter le titre », déclare l’entraîneur malien, Mamoutou Kane.

Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff