Publié dans Sport

Football - Qualification CHAN 2018 - Les Barea attendent avec patience le Mozambique

Publié le mercredi, 12 juillet 2017

Auteurs d’une victoire (4-1) contre le Mozambique au Cosafa Castle Cup, les hommes de Raux Auguste, sélectionneur de l’équipe nationale malgache, attendent  avec sérénité la confrontation avec les joueurs de ce pays, ce dimanche 16 juillet au stade de Mahamasina. Cette rencontre compte pour le deuxième tour qualificatif du championnat d’Afrique des Nations 2018 au Kenya.  Certes, ce sera la même équipe mais  pas les mêmes joueurs, que les Barea ont laminés au Cosafa, qui  disputeront le match Aller à Madagascar, comme l’entraineur mozambicain, Abel Xavier  l’a déjà souligné en Afrique du Sud.

« Le pays comprend trois équipes nationales différentes, donc ce n’est pas la même équipe qui disputera le CHAN, la CAN et le Cosafa ». Autrement dit, les joueurs que les Barea affronteront ce dimanche seront totalement différents et ce à 100%, de ceux qu’ils ont battus lors de la Cosafa. Mais les Barea restent sereins au vu de ce match. « On ne connait rien de cette équipe mais ce qui est sûr, c’est que le même entraîneur la dirigera durant ce match. Donc, on peut s’attendre à une équipe plus coriace  mais je crois que le style de jeu restera le même que celui au Cosafa. Le match de ce dimanche est la 9ème sortie de l’équipe nationale. On a eu sept victoires et un match nul. Au Cosafa, on n’a encaissé qu’un seul but face aux mozambicains. Pour le moment, cela n’a abouti à rien de concret. Donc, il faut continuer à garder les pieds sur terre malgré tout.  Ce qu’il faut éviter durant ce match c’est d’encaisser des buts et de ne  pas trop manquer des occasions de but, si on veut aller à la phase finale du CHAN », a partagé le coach Raux Auguste, hier au stade de Mahamasina. Un sparring-partner a été entamé hier contre l’AS Adema, (3è au classement du championnat d’Analamanga.  Les Barea se sont imposés 4 à 2. C’est l’attaquant de Cosfa, Nôno qui a ouvert le score pour les Barea à la 15è, sur une passe décisive de Bila.  L’As Adema égalise sur un pénalty transformé par Babou (20è). A la 35è, Bila redonne l’avantage aux nationaux, (2-1) à la pause. Au retour des vestiaires, Dax triple la mise (53è) le score reste bloqué pour l’As Adema tandis Bila marque le quatrième but à la 63è. A l’issue de cette rencontre, Sampy Avril,  le défenseur de Mama FC, quitte le regroupement pour cause de blessure tandis que Damien, le gardien  de Tana Formation et Lanto le défenseur de la CNaPS Itasy rejoignent l’équipe nationale.

Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff