Publié dans Sport

Football - Qualification CHAN 2018 - Les Barea attendent avec patience le Mozambique

Publié le mercredi, 12 juillet 2017

Auteurs d’une victoire (4-1) contre le Mozambique au Cosafa Castle Cup, les hommes de Raux Auguste, sélectionneur de l’équipe nationale malgache, attendent  avec sérénité la confrontation avec les joueurs de ce pays, ce dimanche 16 juillet au stade de Mahamasina. Cette rencontre compte pour le deuxième tour qualificatif du championnat d’Afrique des Nations 2018 au Kenya.  Certes, ce sera la même équipe mais  pas les mêmes joueurs, que les Barea ont laminés au Cosafa, qui  disputeront le match Aller à Madagascar, comme l’entraineur mozambicain, Abel Xavier  l’a déjà souligné en Afrique du Sud.

« Le pays comprend trois équipes nationales différentes, donc ce n’est pas la même équipe qui disputera le CHAN, la CAN et le Cosafa ». Autrement dit, les joueurs que les Barea affronteront ce dimanche seront totalement différents et ce à 100%, de ceux qu’ils ont battus lors de la Cosafa. Mais les Barea restent sereins au vu de ce match. « On ne connait rien de cette équipe mais ce qui est sûr, c’est que le même entraîneur la dirigera durant ce match. Donc, on peut s’attendre à une équipe plus coriace  mais je crois que le style de jeu restera le même que celui au Cosafa. Le match de ce dimanche est la 9ème sortie de l’équipe nationale. On a eu sept victoires et un match nul. Au Cosafa, on n’a encaissé qu’un seul but face aux mozambicains. Pour le moment, cela n’a abouti à rien de concret. Donc, il faut continuer à garder les pieds sur terre malgré tout.  Ce qu’il faut éviter durant ce match c’est d’encaisser des buts et de ne  pas trop manquer des occasions de but, si on veut aller à la phase finale du CHAN », a partagé le coach Raux Auguste, hier au stade de Mahamasina. Un sparring-partner a été entamé hier contre l’AS Adema, (3è au classement du championnat d’Analamanga.  Les Barea se sont imposés 4 à 2. C’est l’attaquant de Cosfa, Nôno qui a ouvert le score pour les Barea à la 15è, sur une passe décisive de Bila.  L’As Adema égalise sur un pénalty transformé par Babou (20è). A la 35è, Bila redonne l’avantage aux nationaux, (2-1) à la pause. Au retour des vestiaires, Dax triple la mise (53è) le score reste bloqué pour l’As Adema tandis Bila marque le quatrième but à la 63è. A l’issue de cette rencontre, Sampy Avril,  le défenseur de Mama FC, quitte le regroupement pour cause de blessure tandis que Damien, le gardien  de Tana Formation et Lanto le défenseur de la CNaPS Itasy rejoignent l’équipe nationale.

Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff