Publié dans Société

Attaque dans un cash-point au 67 Ha - Deux auteurs présumés à Tsiafahy

Publié le mardi, 24 mars 2020

Vers minuit, le 30 janvier dernier, un gang composé de quelques individus ayant agi sous visages découverts, ont attaqué un cash-point dans le quartier des 67 Ha. Depuis, les fins limiers de la Brigade criminelle et du Commissariat du 4ème Arrondissement ont démarré une enquête sur cette affaire. Leurs efforts ont été couronnés de succès car jeudi dernier, ils ont arrêté deux présumés auteurs du forfait. Après le déferrement de ces derniers, le 23 mars dernier, tous les deux ont atterri à la prison de Tsiafahy.

 

Pour revenir donc dans l'assaut de ces bandits, ces derniers ont pu s'enfuir avec la somme de 7 millions d'ariary ainsi que des téléphones portables. Notons que les assaillants étaient armés d'un pistolet automatique et d'objets tranchant. En démarrant une enquête, celle-ci a révélé qu'ils étaient trois à perpétrer l'acte. Et que tout a démarré avec un renseignement ayant atterri entre les mains de la Police à propos des deux suspects, lesquels avaient été interpellés. Lorsque les Forces de l'ordre les ont fouillés, l'un d'eux avait un grand couteau  sur lui. Durant leur audition, les deux n'ont plus caché qu'ils avaient participé dans le forfait.

Mieux, la Police a perquisitionné leurs domiciles dans lesquels on a trouvé encore les habits qu'ils ont portés durant l'attaque. Tout en reconnaissant les faits, les deux suspects ont également dénoncé le troisième larron. C'est ce dernier qui était armé. Cependant, il demeure encore introuvable et est donc recherché.

L'opinion est convaincue que la vague d'assauts ayant visé des cash-points va diminuer avec cette récente incarcération à Tsiafahy. Bien avant cela, rappelons les coups de filet réalisés par la Police à Ambohimanarina où presque tous les membres présumés d'un réseau, avaient été également mis hors d'état de nuire avec leur récent emprisonnement à titre provisoire. Ces derniers auraient le sang d'un chef de famille résidant à Ilanivato ou encore celui d'une autre victime à Tsiadana, sur leurs mains. Ces hold-up ont endeuillé des familles de la Capitale, leurs auteurs ayant souvent la gâchette facile. Il a donc fallu attendre que trois longs mois se soient écoulés pour que les investigations des Forces de l'ordre commencent à porter leurs fruits.

Franck R.

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff