Publié dans Société

Intempéries - Ecroulement spectaculaire au « Zaimaika »

Publié le dimanche, 23 février 2020

Le pire a été évité de justesse ! C’est du moins ce que l’on peut dire à propos de ce brutal affaissement d’une bonne partie de la structure du « Zaimaika », littéralement « bouffe-rapide », ce lieu de restauration bon marché très fréquenté, situé en plein cœur d’Analakely. En effet, la toiture s’est de nouveau brutalement affaissée au beau milieu de la nuit, vendredi dernier. Cette fois-ci, les dégâts ont été plus importants. Toutefois, l’on ne déplore aucune victime humaine, du fait que l’écroulement était survenu à un moment où l’endroit a été déserté des consommateurs. A l’index : la pluie diluvienne qui s’est abattue sans arrêt sur la Capitale. Bien qu’on n’ait enregistré aucun décès, les dégâts sont colossaux. D’après la Police nationale qui a fait un constat sur place, ni la nature, ni le coût des objets ou autres équipements endommagés, n’a pu être encore établi.

 

Notons que l’infrastructure en question est déjà vétuste. Aidée par les sapeurs-pompiers de la ville, la Municipalité d’Antananarivo-ville a dépêché ses éléments sur place. Leur mission : dégager les décombres et repérer d’éventuelles menaces d’écroulement, surtout lorsque dame pluie semble continuer à faire des siennes ces dernières heures. D’après une source policière, un plan d’urgence a été proposé en vue d’aider les gargotiers à surmonter leurs difficultés liées à ce sinistre. Il y a encore peu de temps, les restaurateurs s’étaient alarmés à la suite d’un effondrement partiel de cette même toiture.

Considéré comme un patrimoine de la ville, le « Zaiamaika », en dépit des premiers travaux d’urgence de réhabilitation, nécessite donc un véritable chantier si l’on aspire à le revoir renaître de ses ruines, donc à nouveau opérationnel. Notons que plus d’un millier de consommateurs de la Capitale y viennent se restaurer quotidiennement. Les gargotiers eux, n’ont toujours cessé de réclamer des travaux de réhabilitation plus sérieux afin d’éviter justement un accident. Nul ne pourra donc leur donner tort après tout ce qui était arrivé la nuit du vendredi.

A part le « Zaimaika », l’on a également signalé un autre effondrement de maison individuelle du côté d’Ambalavao-isotry, cette fois du côté d’Ambalavao-Isotry, toujours la même nuit du vendredi. Des sources d’information ont avancé que l’accident aurait fait des victimes. Pourtant, ni la Police, ni la morgue d’Ampefiloha n’a confirmé l’existence de ces victimes.

Franck R. 

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff