Publié dans Société

Père Pedro Opeka - Lauréat du prix Fondation Air France

Publié le mercredi, 04 décembre 2019

Des années de dévouement auprès des plus démunis à Madagascar. A travers l'association Akamasoa, Père Pedro Opeka lutte depuis 1989 pour la réinsertion sociale et économique des plus pauvres. Ses actions et les résultats obtenus depuis sont remarquables. Raison pour laquelle le Père Pedro a reçu le Prix Fondation Air France au titre de cette année 2019. La cérémonie de remise de la récompense s'est déroulée le 3 décembre dernier au Musée du quai Branly à Paris, en présence de Brigitte Macron, Première dame française ainsi que d'Anne Rigail, présidente de ladite Fondation.

Ce prix récompense, tous les 2 ans, des associations œuvrant en faveur des enfants malades, handicapés ou en grande difficulté. Parmi les fidèles collaborateurs du Père Pedro et de son association Akamasoa, la Fondation Air France a financé divers projets depuis 2014, notamment au profit de la scolarisation de 14 000 enfants. La construction d'une crèche, d'un gymnase et d'une cantine à Andralanitra ainsi que la dotation en mobilier des écoles. Pour cette année, ladite Fondation finance la construction de 2 terrains de sport, au profit des enfants malagasy.

30 ans au service des plus démunis

En voyant la pauvreté des gens qui vivent au cœur de la décharge d'Andralanitra et dans les rues d'Antananarivo, le Père Pedro a décidé de les sortir de l'environnement inhumain où ils habitent afin de mener une vie dans la dignité. Il a alors fondé l'association humanitaire Akamasoa en 1989, reconnue d'utilité publique par l'Etat en 2004. En 30 ans, le Père Pedro lutte pour la réinsertion sociale et économique des plus pauvres en venant en aide à plus de 500 000 malagasy dont 25 000 personnes habitent dans le village et plus de 11 000 enfants sont scolarisés dans les crèches, écoles et lycées créés par l'Akamasoa. Avec plusieurs constructions, cette association dispose actuellement de 3000 logements, 5 crèches, 5 écoles primaires, 4 collèges et de 2 lycées. A cela s'ajoutent 6 dispensaires, 5 maternités, 3 hôpitaux, 2 dentisteries, un laboratoire d'analyse et une salle d'échographie.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff