Publié dans Société

Antananarivo - Des montagnes d’ordures s’entassent dans la rue

Publié le mardi, 03 décembre 2019

D’un quartier à un autre, desordures s’éparpillent et  souvent accompagnées d’odeurs nauséabondes.  Antananarivo, la capitale de Madagascar  ne cesse de se dégrader en matière d’hygiène et assainissement. La grande ville est envahiepar des déchets à savoir les ordures ménagères  notamment  les épluchures de légumes et fruits  ainsi  que les plastiques.Les bacs à orduresmise à disposition  par le Service Autonome de l'Assainissement de la Ville d'Antananarivo (SAMVA)  débordent et les résidus finissent par s’entasser dans  la rue. Du côté de Soavimasoandro-Amboditanimena, les sachets plastiques, les restes d’aliments occupent  presque la moitié de la route  principale. « Nous sommes contraintes de passer par cette voie tous les jours. Pourtant,  les odeurs sont dégoûtantes. Le  fait de sentir et d’avoir  une vue microscopique des ordures,  si tel est  le mot, nous  procurent une sensation de malaise et d'inconfort au niveau de l'estomac. Mes enfants   ne  cessent d’éternuer en y passant tous  les jours. Nousdemeuronsà quelques kilomètres de cet endroit mais je n’imagine pas comment ces gens qui  habitent tout près font pour survire avec cette insalubrité » raconte un usager de  la route. A Anosibe, Anosipatrana, la  situation demeure pareille. « Je ne sais plus  qui  reproché,  les Tananariviens qui produisent beaucoup de déchets ou  la commune qui n’honore pas ces responsabilités  ou encore moins le Samva   à qui cette responsabilité d’amasser les  ordures a été attribué. D’autant plus que cet établissement vient de recevoir des camions pour faciliter  le ramassage et l'enlèvement des ordures en cette période » martèle un  habitant d’Anosizato. 

 

Quant à la structure de proximité  en charge de collecte des ordures  ménagères au niveau des  Fokontany qui est le RF2, leur fonction ne le permet pas de s’en assurer.  Selon   Rasoa, un des responsables auprès du Fokontany 67ha, son rôle consiste au ramassage d’ordures et leur transport dans les bacs à ordures du Samva. Mais le projet s’étend aussi le balayage des ruelles ainsi que le nettoyage des petits canaux d’écoulement d’eaux entre les quartiers  poursuit-elle.

Pour  quelques citoyens ayant accepté  de nous livrer  leur impression, cette réalité  résulte du mauvais comportement et pratique habituelle qu’il faut à tout prix changer.  « Il s’agit d’un combat difficile mais faisable avec des  moyens  matériels entre autres » souligne une mère  de famille résidant  à Andavamamba. A l’heure où nous mettons sous presse, aucune explication de ce retard de  ramassage  et cet amas d’ordure n’a été reçue de la part du  Samva après l’avoir contacté. 

KR.

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff