Publié dans Société

Centre Lycée J.-J. Rabearivelo - La santé des candidats au BEPC, une priorité

Publié le lundi, 09 septembre 2019

La première journée de l'examen du Brevet d'études pour le premier cycle (BEPC) s'est déroulée dans le calme, contrairement aux années précédentes, sans désorganisation, ni retard. Tous les candidats ont pu passer l'examen sans incident majeur sur tout le territoire national.  Seulement, les malaises à cause du froid, ou encore l'oubli des convocations sont les problèmes rencontrés par quelques candidats dans les centres d'examen à Antananarivo. L'épreuve de malagasy a ouvert la journée d'hier dont le sujet concerne l'employabilité et le développement du pays, suivi par la Science de la vie et de la terre (SVT), l'après-midi.

 

Pour le centre Lycée Jean-Joseph Rabearivelo à Analakely, 1 648 candidats répartis dans 50 salles d'examen y sont enregistrés. 1 352 d'entre eux ont  choisi l'option A et 296 l'option B. L'examen a pu commencer à temps, c'est-à-dire à 7h30 pour l'appel des candidats et à 8h pour la première épreuve. Cependant, durant la matinée, deux candidats ont été admis à l'infirmerie du lycée avant de poursuivre leur examen, et ce, à cause d'un malaise. D'après le chef de centre, Holy Rakotomalala, ils sont juste amenés à l'infirmerie pour prendre quelques médicaments et rejoindre par la suite la salle d'examen. Ainsi, un autre candidat est accompagné par ses parents à cause d'un problème de santé. « Il est vrai que le BEPC est un examen officiel, et aucune gène n'est tolérée. A cet effet, nous accordons une importance majeure à la santé des candidats, qui sont encore des enfants. Nous disposons ainsi d'une infirmerie qui est à leur disposition. En cas de malaise, une consultation médicale est donc assurée afin qu'ils puissent poursuivre l'examen tout en étant en pleine forme », avance t-elle.

Quant aux absents, ils étaient au nombre de 138 dans la matinée d'hier. Comme tous les autres centres d'examen, le lycée J.-J. Rabearivelo a déjà mis en place une organisation afin d'assurer la sécurité des candidats, le bon déroulement des épreuves et particulièrement le fait d'éviter la fuite des sujets. Sur ce, il travaille jour comme de nuit avec les Forces de l'ordre.  

Anatra R. 

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff