Publié dans Société

Partenariat public-privé - « City Art » s'ouvre aux artistes et acteurs culturels

Publié le mardi, 13 août 2019

Implanté à « La City Ivandry ». Un espace dédié à l'art et à la culture baptisé « City Art » vient d'ouvrir ses portes au sein de ce centre commercial très fréquenté. Son ouverture résulte du partenariat public-privé, plus précisément entre le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) et la Société IDF du groupe SMTP. Il s'agit d'un lieu de rencontre entre les acteurs d'art et de la culture avec les consommateurs potentiels. D'ailleurs, l'espace peut accueillir divers évènements artistiques et culturels, dont la musique, la danse, le théâtre, la mode et le stylisme, les jeux vidéos, l'exposition des œuvres de peinture et sculpture, etc.

« Les Malagasy sont talentueux mais ils n'ont pas bénéficié d'espace pour exposer leurs œuvres et savoir-faire, et cela à cause de la négligence du ministère. Notre défi étant à la fois de promouvoir et de valoriser ce domaine, en jouant le rôle de facilitateur et de promoteur. Pour « City Art », l'Office national des arts et de la culture (OFNAC) se charge de la coordination du programme d'utilisation de l'espace », fait part Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ministre de tutelle. C'était lors du l'ouverture de l'espace, hier à Ivandry.

Entrée gratuite

Les artistes et acteurs de la culture désirant utiliser la « City Art » peuvent le faire, en adressant une demande et en se fiant à l'organisation de l'OFNAC. L'entrée sera gratuite pour le public, d'autant plus que l'espace ambitionne de promouvoir les produits de l'art et de la culture. Toutefois, un pourcentage des profits et du prix de vente des œuvres ou des évènements organisés gratuitement sur cet espace sera versé dans le fonds pour la culture. C'est aussi le cas pour les autres espaces ouverts suite au 3P. Le fonds pour la culture sert, notons-le, à soutenir les projets d'art et de la culture, à l'exemple de la construction ou de la rénovation d'infrastructures.

Une exposition des œuvres des artistes membres de « Tanana Arts Gallery » marque l'ouverture de « City Art ». Une trentaine d'œuvres de peinture y sont exposées depuis hier jusqu'au 27 août prochain. Hobinjatovo Henintsoa fait partie des peintres dont les tableaux y sont érigés. « Les artistes, dont les peintres, font souvent face à un problème d'accès à de tels espaces. Je loue cette initiative du ministère de tutelle et de ses partenaires en nous dédiant ce lieu », s'exprime l'artiste. L'appui du MCC vise à ce que les artistes puissent vivre de leurs arts et de leur passion.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff