Publié dans Société

Sortie des Malagasy à l’étranger - Des mesures exceptionnelles pour les femmes en âge de travailler

Publié le lundi, 12 août 2019

Depuis le début de cette année, plus de 200 travailleuses en tant domestiques dans les pays du Moyen-Orient, victimes d’exploitation, ont été rapatriées à Madagascar. Ce chiffre a alerté les  autorités hiérarchiques malagasy et a mené vers l’application de mesures exceptionnelles. « Depuis quelques semaines, les femmes en âge de travailler partant à l’étranger  sont soumises à un autre  traitement au niveau de l’Aéroport international d’Ivato. « Normalement, elles doivent se munir d’une autorisation délivrée par le ministère des Affaires étrangères (MAE) et celui du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales. Il s’agit d’un dispositif mis en place pour protéger les citoyens malagasy contre les différentes adversités dont la traite des êtres humains. Cette mesure empêche en particulier les sorties clandestines du  territoire, notamment des  travailleuses malagasy vers pays du Golfe. Néanmoins, ce dispositif reste temporaire jusqu’à une réunion bipartite entre le  ministère de la Sécurité publique et celui de la Fonction publique qui va se dérouler très prochainement », avance une source voulant garder l’anonymat.  D’après ses explications, la Police de l’air et des frontières (PAF) rencontre des difficultés pour savoir les réelles intentions des femmes voyageant seules pour des raisons ambiguës. C’est ainsi qu’elle devient stricte et exige des papiers administratifs complets. En effet, une étudiante âgée de 18 ans, munie d’une autorisation parentale légalisée, en partance pour l’île Maurice, a été interceptée par la PAF dimanche dernier, avant qu’elle ne franchisse la salle d’embarquement à l’Aéroport International Ivato. « Les étudiants ne peuvent plus partir en vacances à l’étranger.

Et cela en raison d’une nouvelle loi qui s’applique actuellement », indique l’un des éléments des PAF. Face à de tel propos, l’étudiante en question a été contrainte d’appeler en urgence ses parents qui ont été sur le point de quitter l’enceinte de l’aéroport. Et sans leur présence, elle a failli rater son vol. Cette loi entre dans le cadre de la suspension de l’octroi d’agrément aux agences de placement et interdit l’envoi de travailleuses malagasy dans les pays arabes depuis 2013. En dépit de cette loi, des candidates choisissent ainsi la voie clandestine.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff