Publié dans Société

Sécurité sociale des employés - Les prestations de la CNaPS révisées à la hausse

Publié le lundi, 12 août 2019

Une suite logique de l’augmentation du Salaire minimum d’embauche (SME) à 200 000 ariary. Toutes les prestations sociales offertes par la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS), depuis les allocations prénatales et familiales jusqu’à la pension de retraite et les rentes, viennent d’être révisées à la hausse. Cette mesure sera effective à partir de ce mois d’août, avec une possibilité de rappel pour certaines prestations. Selon les informations communiquées, l’allocation familiale passera de 5000 à 6 000 ariary par enfant par mois, soit l’équivalent de 2,8 % du SME. Cette prestation est attribuée aux membres cotisés ayant des enfants âgés de moins de 21 ans. L’allocation prénatale s’élève désormais à 54 000 ariary contre 45 000 ariary en 2018, soit une hausse de 20 %. C’est également le cas pour l’allocation de maternité, passant de 60 000 à 72 000 ariary. Pour la pension de retraite, la hausse sera effective à partir du mois se septembre mais les calculs quant à sa révision ne sont pas encore détaillés.  Quant au remboursement des frais médicaux d’accouchement, l’affilié pourrait toucher jusqu’à 80 000 ariary, soit 40% du SME. L’indemnité journalière de demi-salaire vient aussi d’être révisée à la hausse, avec un calcul plus détaillé.


 Sur demande
 Toutes les prestations sociales offertes par la CNaPS se font sur demande. Des imprimés pour ce faire sont disponibles auprès des agences et antennes de la Caisse, réparties dans toute l’île. A cela s’ajoutent les diverses pièces à fournir, selon les prestations demandées. A l’exemple de l’allocation familiale, le demandeur doit fournir un certificat médical ou certificat de vie pour l’enfant âgé de moins de 6 ans. Pour ceux de 6 à 21 ans, un certificat de scolarité ou certificat médical, justifiant la maladie incurable ou l’infirmité interdisant toute activité, est requis. Pour information, l’allocation prénatale et celle de maternité sont destinées pour les femmes salariées ou conjointes des travailleurs affiliés à la Caisse. Quant à l’allocation familiale, l’accomplissement d’un temps de travail mensuel d’une durée inférieure ou égale à 20 jours ou 134 heures pour les salariés du régime général et des gens de maison et de 18 jours ou 144 heures pour ceux du régime agricole, des organisations religieuses et de l’enseignement,  est nécessaire. Quoi qu’il en soit, davantage de détails sur la hausse, les conditions d’obtention des prestations, les pièces à fournir ou d’autres informations sont disponibles sur le site web et la page Facebook de la CNaPS.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff