Publié dans Société

« Bazar kely » Toamasina - Détruit à 80 % par un incendie

Publié le dimanche, 21 juillet 2019

Déplorable ! C’est ce qu’on peut qualifier l’incendie, l’un des plus graves à graver dans les annales de l’histoire, survenu samedi vers 20h à Toamasina. Pour la deuxième fois en l’espace de quelques années, le « Bazar kely », du moins la partie basse, a été dévastée à 80 % par les flammes, réduisant ainsi près de 2 200 box ou autres stands avec toutes les marchandises en cendres. « De surcroît, le peu de marchandises qu’on a réussi à évacuer du brasier avaient été volées par des profiteurs », indique l’information. 70 % des commerçants ont tout perdu dans cet incendie.

 

D’après cette information, personne n’aurait vu démarrer le sinistre et tout s’est déjà embrasé assez rapidement pour que les témoins se fussent alarmés. Des riverains affirment avoir été  terrorisés par l’ampleur du sinistre qui s’apparentait à un véritable enfer, selon leurs dires. Preuve que le feu a incroyablement poursuivi son œuvre destructrice à grande échelle, les sapeurs-pompiers de la Commune urbaine de Toamasina ainsi que ceux de la société d’Ambatovy, n’ont pu maîtriser la situation que plus de quatre heures après l’éclatement de l’incendie, et ce, au prix d’un combat acharné. Le feu n’a été complètement éteint que vers 1h du matin, hier. « Nous avons fait le maximum pour éteindre le feu, mais au bout de quelques moments, l’eau s’est tarie brusquement ! De plus, nous n’avons disposé que d’une bouche d’incendie, et celle-ci est située dans le secteur de Jumbo Score, ce qui n’est pas à la portée de nos lances ! », déclare le chef d’équipe des sapeurs locaux. Cependant, les pompiers du port (SPAT), de l’ASECNA et bien entendu d’Ambatovy ont prêté main-forte aux soldats du feu de la Commune.

Pour le moment, en attendant que les enquêteurs puissent élucider l’affaire, des zones d’ombre planent sur l’origine du sinistre. Plusieurs versions, encore officieuses, ont été avancées. Certains privilégient la thèse d’un incendie criminel orchestré par des puissants investisseurs. D’autres avançaient qu’une dispute au sein d’un couple serait à son origine. Enfin, les bruits ont aussi couru comme quoi il s’agit d’une stratégie diabolique en vue d’expulser ces commerçants des lieux afin que certains puissent contrôler leur gestion à l’avenir.  Néanmoins, les pompiers ont expliqué que les constituants chimiques de la plupart des produits stockés dans les box sont en partie responsables de la vélocité des flammes pour que ces dernières puissent attaquer en un temps record un grand nombre de constructions. Pire, des négociants auraient stockés de l’essence sur les lieux.

Hier matin, les pompiers ont mobilisé quatre camions pour le nettoyage du secteur touché. A présent, les marchands du « Bazar kely » sont dans le désarroi total et se tournent vers le Gouvernement pour qu’il vienne à leur aide.

Franck R./T.H.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff