Publié dans Société

Cinquième édition du « Tagnamaro » - La mobilisation citoyenne s'enchaîne

Publié le dimanche, 21 juillet 2019

Une initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC) à partir du modèle rwandais. Le « Tagnamaro, andron'ny olom-pirenena » arrive actuellement en sa cinquième édition. Depuis le mois de mars dernier, la mise en œuvre de cette journée de mobilisation citoyenne s'enchaîne auprès des ministères, collectivités territoriales décentralisées et autres institutions administratives. Aussi, les associations, ONG et autres services ainsi que les habitants participent activement aux activités entreprises. En 5 mois de réalisation, l'on a constaté divers changements notamment au niveau des lieux qui accueillent les mobilisations, entre autres les écoles, marchés, gares routières, etc.

 

Samedi dernier, la délégation du MCC dirigée par le ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, en collaboration avec l'université d'Antananarivo et diverses associations, se dont donnés la main pour effectuer des travaux d'assainissement, de débroussaillage, de peinture et de réhabilitation dans l'enceinte du campus d'Ambohitsaina. A la fois un bien public et un patrimoine, ce dernier sis à Ankatso a nécessité de telles activités, d'autant plus que la plupart des infrastructures y sont vétustes. Outre les responsables ainsi que les personnels administratifs et techniques, les étudiants ont fortement contribué aux travaux afin de redorer l'image de leurs lieux d'études.

D'autres ministères n'ont pas failli à leur devoir du 3è samedi du mois. C'est le cas du ministère de la Santé publique et de ses Directions régionales, qui ont mobilisé leurs personnels et agents de santé pour une journée don de sang dans le cadre du « Tagnamaro ». En dehors de la banque de sang de l'HJRA, d'autres services des hôpitaux répartis dans les 4 coins de l'île ont accueilli les donneurs de sang bénévoles. Pour sa part, la grande famille du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics dirigée par le ministre Hajo Andrianainarivelo s'est donné rendez-vous au Lycée technique et professionnel (LTP) d'Alarobia pour les travaux de réhabilitation de cet établissement. Quant au ministère de la Sécurité publique, les agents de Police se sont mobilisés à l'assainissement des bureaux et services administratifs. Il en est de même au sein du commandement de la Gendarmerie au camp Ratsimandrava, où officiers, sous- officiers et gendarmes ont participé aux travaux. Les institutions, administrations et habitants dans les régions ne sont pas en reste, comme chaque mois. Prochain rendez-vous le 17 août !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff