Publié dans Société

Concours du film court « Une minute et huit secondes » - La corruption au niveau des services fonciers et sanitaires dénoncée

Publié le vendredi, 12 juillet 2019

Une bonne interpellation et conscientisation. Dans le cadre du concours du film court anti-corruption « Une minute et huit secondes », le contenu de la production d’un jeune membre du Réseau d’Honnêteté et d’Intégrité (RHI), issu de l’Institut supérieur des polytechniciens novateurs de Madagascar (INSPNMAD) à Mahajanga, et mettant en exergue la corruption dans des services fonciers et sanitaires, a été déterminant. En suivant la notation des membres du jury, constituée par des grilles et critères prédéfinis et des votes sur la page Facebook du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), ce scenario a remporté le premier prix du dudit concours. Selon Rakotovoavy Fanantenana, chef de division « éducation et prévention » auprès du BIANCO Antananarivo, le contenu se résume à l’histoire d’une femme étant victime de corruption et qui a perdu la vie « Un individu s’est emparé d’un terrain appartenant à un particulier en recourant à la corruption. Il n’a pas hésité à renvoyer la propriétaire de son propre domaine, tout en sachant les procédures à suivre. Suite à une crise cardiaque, cette dernière a été admise d’urgence à l’hôpital. Pire encore, tout y est question d’argent avec une situation encore plus désespérante. Les personnels médicaux oublient les principes moraux au détriment de l’appât de gains et ne se préoccupent pas des personnes nécessiteuses. Au final, l’indifférence de ces personnes vénales lui a coûté la vie », raconte-t-il.


En outre, le membre
du RHI de Mahazegny, Fianarantsoa a décroché la deuxième place et le candidat du Lycée Mixte ZAFY Albert a été classé troisième. Pour cette grande première dans le mouvement RHI, plus de 350 jeunes répartis dans tout  Madagascar ont pu être mobilisés à participer à ce concours. En tout, 57 œuvres issues de plus de 50 personnes membres de cette plateforme d’éducation et d’échange, créée au niveau des établissements scolaires pour inculquer aux jeunes les valeurs morales, ont été reçues.  La cérémonie de remise de lots à ce premier concours de film court, initié par le volet Education-Prévention du BIANCO au profit des jeunes membres du RHI dans toute l’île, s’est tenue hier au siège du BIANCO à Ambohibao.  Dans son discours, Marie Dimond, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a souligné les avancées significatives enregistrées à Madagascar, entre autres la mise en place du Pôle anti-corruption d’Antananarivo et bientôt celui de Mahajanga, l’adoption de l’ordonnance présidentielle sur le recouvrement des avoirs et sa validation par la Haute Cour constitutionnelle. Le PNUD réaffirme, de son côté, son engagement envers les entités concernées, notamment le Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), le Pôle anti-corruption (PAC), le Service de renseignement financier (SAMIFIN), le ministère de la Justice et bientôt l’agence de recouvrement des avoirs.
K.R.

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff