Publié dans Société

Drépanocytose - Un traitement à vie

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Une maladie dangereuse et mortelle. Actuellement, 1 à 2 % de la population malagasy sont des drépanocytaires et 10 % sont porteurs d'un syndrome drépanocytaire majeur (homozygote SS). Malgré l'avancée de la médecine, cette maladie reste encore incurable. D'après le directeur d'établissement du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Olivat Aimée Rakoto Alson, le recours à la greffe de la moelle osseuse est une issue possible. Pourtant, le coût du traitement est encore trop cher. Ainsi, beaucoup de patients n'ont pas les moyens d'accéder aux soins. De plus, le traitement de la drépanocytose est à vie, et il faut suivre à chaque minute et à chaque seconde l'état du malade. Le moindre changement de température, le coup de froid, le stress ou le manque d'oxygène engendrent des complications et peuvent entraîner la mort.

 

Ces dernières années, le taux de mortalité engendré par cette maladie a diminué dans le pays, puisqu'elle peut être détectée dès la naissance d'un enfant. Ainsi, l'HJRA dispose d'un centre de traitement spécialisé dans ce domaine ainsi qu'un matériel de dépistage néo-natal. Actuellement, une centaine de patients suivent des traitements réguliers au sein de cet hôpital. Ce dernier travaille avec d'autres ministères pour soutenir la famille des patients.

La drépanocytose est une maladie génétique héréditaire. Pour en être atteint, il faut que l'enfant reçoive de chacun de ses deux parents un allèle muté du gène régissant la structure de l'hémoglobine, la protéine qui assure le transport de l'oxygène dans le sang. S'il n'en reçoit qu'un, il ne développera pas la maladie, mais pourra la transmettre s'il a un enfant avec une personne dans le même cas que lui. Deux « porteurs sains » ont alors une chance sur quatre d'avoir ensemble un enfant malade. Il s'agit d'une maladie du sang, et plus particulièrement celle de l'hémoglobine. Les globules rouges sont déformés et ont du mal à circuler dans le sang et peuvent parfois se bloquer dans les vaisseaux sanguins. Cette situation provoque des complications comme l'aggravation de l'anémie qui se présente par la pâleur, l'asthénie, un gêne respiratoire, des crises douloureuses, une défaillance multi-viscérales…

La journée mondiale de lutte contre la drépanocytose a été célébrée hier à l'HJRA, Ampefiloha. Le thème a été axé sur le don de sang pour traiter cette maladie. Selon le Professeur, la transfusion sanguine est donc indispensable pour le traitement. Les membres de la famille du patient en sont les principaux donateurs. Cependant, ils sont aussi atteints de la drépanocytose dans la plupart des cas.

Anatra R.

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff