Publié dans Société

CSB II d'Ambohimanambola - Une sage-femme fait… la loi

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Les sages-femmes sont indispensables pour les mères venant d'accoucher et les nouveau-nés. Elles sont présentes dans tous les hôpitaux et rencontrent souvent des problèmes. Mais parfois, ce sont elles-mêmes qui sont les sources du problème. Ce qui est le cas au Centre de santé de base, niveau 2 à Ambohimanambola où une sage-femme « fait la loi ». Selon une information recueillie par une source fiable, une sage-femme venant tout juste de prendre son poste ne respecte pas les droits des mères et des bébés. Apparemment, elle a échangé la douche de la chambre où elle est censée habiter avec celle de la chambre des mères venant d'accoucher. Mais encore pire, elle a échangé sa chambre (dortoir) avec celle des nouvelles mamans.

Chose qui n'a pas plu à tout le monde, notamment les parents ainsi que les gardes-malades car la chambre où elles ont été envoyées n'est pas du tout conçue pour elles. Non seulement le lieu est trop étroit mais il est surtout malpropre, ce qui ne convient pas surtout aux nouveau-nés qui ont besoin de propreté absolue.

Selon la source, sa chambre ne lui convenait pas parce qu'il n'y a pas assez de rayon de soleil qui y entre. Or, les bébés ont plus besoin de soleil et de lumière du jour que la sage-femme elle-même. De plus, la chambre est tellement sombre et n'est pas du tout convenable aux mères et enfants. Il faut noter que certaines mères ont eu des complications pendant l'accouchement et ont besoin de beaucoup d'espace, de lumière, d'une bonne aération et de propreté pour se reposer, sinon des microbes peuvent facilement les atteindre, de même que les bébés.

Face à cette situation, le médecin-chef a décidé de ne rien dire pour l'instant et de donner ainsi raison à la nouvelle venue qui a décidé de tout faire sans aucun avis de ses supérieurs. Beaucoup supposent ainsi que si la sage-femme fait cet abus de pouvoir, c'est que la plupart des patients dans cet hôpital sont des campagnards et ne peuvent pas se plaindre face à ce problème. Par ailleurs, d'autres sources affirment que le maire d'Ambohimanambola a déjà maintes fois fait venir cette femme mais comme par hasard, elle ne s'est jamais présentée, même une fois à la Mairie. En tout cas, les responsables notamment ceux auprès du ministère de la Santé publique sont appelés à prendre leur responsabilité pour y remédier. D'autres demandent l'affection immédiate de la sage-femme.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff