Publié dans Société

CSB II d'Ambohimanambola - Une sage-femme fait… la loi

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Les sages-femmes sont indispensables pour les mères venant d'accoucher et les nouveau-nés. Elles sont présentes dans tous les hôpitaux et rencontrent souvent des problèmes. Mais parfois, ce sont elles-mêmes qui sont les sources du problème. Ce qui est le cas au Centre de santé de base, niveau 2 à Ambohimanambola où une sage-femme « fait la loi ». Selon une information recueillie par une source fiable, une sage-femme venant tout juste de prendre son poste ne respecte pas les droits des mères et des bébés. Apparemment, elle a échangé la douche de la chambre où elle est censée habiter avec celle de la chambre des mères venant d'accoucher. Mais encore pire, elle a échangé sa chambre (dortoir) avec celle des nouvelles mamans.

Chose qui n'a pas plu à tout le monde, notamment les parents ainsi que les gardes-malades car la chambre où elles ont été envoyées n'est pas du tout conçue pour elles. Non seulement le lieu est trop étroit mais il est surtout malpropre, ce qui ne convient pas surtout aux nouveau-nés qui ont besoin de propreté absolue.

Selon la source, sa chambre ne lui convenait pas parce qu'il n'y a pas assez de rayon de soleil qui y entre. Or, les bébés ont plus besoin de soleil et de lumière du jour que la sage-femme elle-même. De plus, la chambre est tellement sombre et n'est pas du tout convenable aux mères et enfants. Il faut noter que certaines mères ont eu des complications pendant l'accouchement et ont besoin de beaucoup d'espace, de lumière, d'une bonne aération et de propreté pour se reposer, sinon des microbes peuvent facilement les atteindre, de même que les bébés.

Face à cette situation, le médecin-chef a décidé de ne rien dire pour l'instant et de donner ainsi raison à la nouvelle venue qui a décidé de tout faire sans aucun avis de ses supérieurs. Beaucoup supposent ainsi que si la sage-femme fait cet abus de pouvoir, c'est que la plupart des patients dans cet hôpital sont des campagnards et ne peuvent pas se plaindre face à ce problème. Par ailleurs, d'autres sources affirment que le maire d'Ambohimanambola a déjà maintes fois fait venir cette femme mais comme par hasard, elle ne s'est jamais présentée, même une fois à la Mairie. En tout cas, les responsables notamment ceux auprès du ministère de la Santé publique sont appelés à prendre leur responsabilité pour y remédier. D'autres demandent l'affection immédiate de la sage-femme.

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff