Publié dans Société

Assaut de bandits à Mahitsy - Le chef de famille succombe à ses blessures

Publié le lundi, 11 février 2019

L’assaut de bandits, samedi dernier, dans la localité de Mahitsy connaît un rebondissement. Le chef de famille et non moins le père du jeune chanteur Michaël Pazzapa a succombé à ses blessures vers le milieu de la journée, hier. Sa mort est survenue après les ultimes tentatives des médecins d’un hôpital de la ville pour le sauver. La blessure,occasionnée par balle, observée sur son ventre était donc fatale à la victime. Par ailleurs, l’homme d’église, également agressé par tir d’arme à feu à son passage à bord d’une moto sur la grande voie longeant le magasin, a dû être transféré en ville alors qu’il était admis initialement dans un centre de soins  base de la localité d’Anosiala Ambohidratrimo. Rappelons que les 7 assaillants  ayant perpétré l’acte et équipés d’armes à feu, dont des puissants et longs fusils, ont surpris le père de famille, de son vivant grossiste dans la filière de la boulangerie et boisson, sur son lieu de travail.

L’attaque s’est
produite avec une soudaineté et brutalité déconcertantes car elle a eu lieu en présence de plusieurs témoins.Ces derniers étaient pétrifiés d’horreur et impuissants face à la situation de crainte d’être visés à leur tour par les bandits qui n’ont pas cessé de faire crépiter leurs armes. “Des riverains, occupant les zones situées en hauteur dans un rayon de quelques centaines de mètres du commerce attaqué, ont pu tout voir. Ils ont alors tenté de joindre la brigade de gendarmerie locale  pour espérer obtenir du secours, mais la qualité du réseau était telle que leurs tentatives étaient vaines”, convient un témoin. Précisons aussi que quelques jours avant cela, un gang a déjà frappé dans le secteur d’Antongobato, situé non loin du commerce en gros attaqué dans la soirée du samedi 9 février 2019. Pour le moment, la Gendarmerie poursuit encore les recherches et l’enquête sur cette triste affaire tout en gardant toutefois tout empressement pour se prononcer dessus, en raison du foisonnement des critiques qui fusent de toutes parts.

Franck Roland

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff