Publié dans Société

Détournement de deniers publics - Le directeur de cabinet de Lalao Ravalomamana sous MD

Publié le vendredi, 08 février 2019

Coup dur pour la Mairie de la Commune urbaine d’Antananarivo et la mairesse en particulier. En effet, son directeur de cabinet vient d’être placé en détention préventive à la prison d’Antanimora. Présentée devant le Pôle anti-corruption (PAC) mercredi, la femme de confiance de Lalao Ravalomanana est accusée d’abus de fonction et de détournement de deniers publics et complicité.

L’affaire remonte en octobre 2016, à l’époque où ce directeur de cabinet de la Mairie occupait encore le poste de chef de la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville. Elle aurait commis des infractions qui ont engendré un préjudice de 74 691 100 ariary à l’Etat. Le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) qui a diligenté l’enquête ayant abouti au placement en détention préventive de cette dame, s’est basé sur une doléance anonyme dénonçant les actes. D’après les informations, la manœuvre frauduleuse a entraîné d’important préjudice à la CISCO de Tanà-ville.

Limogée de son poste par le ministre de l’Education nationale, Horace Gatien, au mois de mai de l’année dernière, l’ex-chef CISCO de Tanà-ville a rejoint l’équipe de Lalao Ravalomanana dans le courant du mois de novembre. Elle n’est pas l’unique transfuge du Département de l’éducation nationale vers la Mairie d’Antananarivo. Un directeur général du ministère de l’Education nationale est lui aussi devenu l’un des bras droits de la première magistrate de la ville, en tant qu’adjoint.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff