Publié dans Société

Affaire Antanimena - Le directeur de la sécurité à la Primature limogé

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

La décision était attendue. Suspendu depuis quelques jours suite à l'affaire d'Antanimena impliquant ses deux fils, le directeur de la sécurité à la Primature a été relevé de ses fonctions hier. Le décret abrogeant la nomination de ce Général nommé par l'ancien Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a été pris hier en Conseil des ministres. Il est remplacé par le Général de brigade André Roger Mahaziakely, dont la nomination a été adoptée hier également en Conseil des ministres.

Les raisons de son éviction n'ont pas été communiquées. Ce changement intervient en tout cas quelques jours après la suspension de cet officier général de ses fonctions, pour prévenir tout trafic d'influence dans une affaire impliquant ses fils.  Trois individus dont deux sont les fils de l'officier général de l'Armée malagasy limogé ont infligé, samedi dernier, des coups, à l'avocat Aly Arivelo Roman. La scène, qui s'est déroulée à Antanimena, non loin d'une célèbre boîte de nuit, a été filmée par un témoin et publiée sur le réseau social Facebook.

La vidéo a provoqué un tollé. Le Premier ministre Christian Ntsay a exigé qu'une enquête soit ouverte et diligentée sans ingérence et a suspendu son directeur de la sécurité. Lequel avait usé de son nom pour faire sortir ses fils du commissariat après l'éclatement de cette affaire pour ensuite remettre l'un des deux à la section de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale à Fiadanana. Déférés devant le Parquet près du Tribunal de première instance à Antananarivo en début de semaine, le deux jeunes hommes ont été placés en détention préventive à la maison centrale d'Antanimora.  Un troisième individu mêlé à cette affaire reste introuvable.

Tous les trois sont accusés de coups et blessures volontaires  ainsi que de destruction de biens d'autrui. Outre les éventuelles sanctions pénales, l'un des frères, accusé d'être le principal auteur de l'agression sur l'avocat, ayant donné un coup de pied à la tête et mettant en joue ce dernier, risque également des sanctions disciplinaires et statutaires. Selon les explications du ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, sa situation devra être tranchée par un conseil de discipline.

L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff