Publié dans Société

Antananarivo sous l’eau - La CUA muette comme une…carpe !

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

La période de pluie est toujours considérée comme un mauvais temps pour les Malagasy. Tout le monde se souvient encore des inondations des années précédentes où beaucoup ne se sont pas encore remis des conséquences des éboulements et de la montée des eaux. Nombreuses personnes y ont laissé leur vie si d’autres ont vu leurs propriétés s’effondrer en un clin d’œil. Ces mauvais souvenirs ont dû interpeller les responsables étatiques et les inciter à prendre des mesures pour mieux se préparer pour la prochaine saison des pluies mais ce n’est pas le cas.

De son côté, la direction de la météorologie annonce de forte précipitation  pour cette année et les conséquences seront dévastatrices.  La saison des pluies commence à peine et voilà qu’Antananarivo se trouve déjà sous l’eau. Actuellement, des centaines d’hectares de rizières sont déjà inondées comme dans la Commune de Soavina tandis que les bas-quartiers de la Capitale dont Besarety, Ilanivato, Anosipatrana, Ampefiloha Ambodirano sont sous l’eau. A cela s’ajoute le problème de circulation puisque les routes se dégradent de plus en plus. Ceci sans parler des centaines de maisons et de maisonnettes sur les zones en altitude qui sont exposées à des risques d’effondrement. Devant tous ces problèmes et menaces, la CUA reste sans voix et ne donne même pas une esquisse de solution.  La déception est totale pour ceux qui ont cru aux promesses de Lalao Ravalomanana durant la propagande. Cette dernière a annoncé pouvoir apporter une nouvelle vision pour la Capitale, prendre en considération les besoins de la population, afficher une gestion transparente et surtout, trouver un financement pour résoudre les problèmes d’infrastructures.

Promesses en l’air

Mais ce ne sont que des promesses en l’air. La mairesse s’est pourtant vantée d’avoir un mari en bonne relation avec les bailleurs de fonds et qui peut facilement bénéficier d’appui financier. Mais finalement, ce ne sont que des « bobards » pour berner la population tananarivienne.  Par ailleurs, malgré l’existence des nouveaux camions destinés aux ramassages, les montagnes d’ordures continuent toujours de s’amonceler dans plusieurs endroits de la Capitale. Et à partir de là, on imagine tous ces microbes et maladies charriés par les eaux, qui vont partout et qui s’infiltrent n’importe où. Sans parler des matières fécales. Les piles d’ordures observées presque dans tous les quartiers d’Antananarivo risquent de provoquer une apparition d’épidémie de diarrhée. Pire encore, l’ombre de la peste plane  voire couvre toujours sur la Capitale malagasy. Ordures et pluies faisant bon ménage pour une éventuelle résurgence de cette maladie, il serait plus que temps pour les responsables auprès du SAMVA de trouver une solution aux soucis de collecte des ordures. En tout cas, si l’on veut une ville bien propre, cela doit d’abord venir de chacun, une responsabilité de tous les citoyens malagasy. A commencer par ne plus jeter des ordures dans les canaux ou jeter n’importe quoi n’importe où. Puis aux autorités de prendre leurs responsabilités. 

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff