Publié dans Société

Partenariat Madagascar - Russie - Un nouveau souffle pour « Kraomita Malagasy »

Publié le mercredi, 05 décembre 2018

Un nouveau départ pour la société Kraomita malagasy. Immergée dans la crise depuis des années, cette figure emblématique des entreprises malagasy a cessé ses activités pendant un mois à cause d’un terrible problème financier.  Pourtant, un partenariat entre les investisseurs russes et l’entreprise KRAOMA a permis de sauver l’entreprise de ses difficultés. Une société malgacho-russe, née de la joint-venture entre Kraomita Malagasy (KRAOMA) et l’entreprise russe « Ferrum Mining », est venue à la rescousse. Dénommée « Kraoma Mining S.A »,  elle a entamé ses activités depuis le mois dernier.  Ce partenariat a donné un nouveau souffle pour Madagascar, en général, et la Région de Tsaratanàna, en particulier. Depuis la fin du mois d’octobre dernier, une nouvelle étape est ainsi franchie dans l’histoire de Brieville. Des spécialistes russes dans le domaine de l’extraction des mines y débarquaient, en emmenant dans leurs bagages des solutions concrètes et urgentes aux problèmes vécus par la société, entre autres le manque de carburant et d’énergie ainsi qu’un gap au niveau de la trésorerie.

Ainsi, les arriérés des salaires de 500 employés ont été payés et au fur et à mesure de la production et de la commercialisation des produits, les dettes de l’entreprise seront totalement remboursées. D’après le responsable au sein de « Kraoma Mining S.A », afin de pouvoir relancer les opérations dans les gisements, l’entreprise devra s’acquitter des dettes de la KRAOMA.  « Kraoma Mining S.A » reste la propriété de l’Etat malagasy. L’amélioration des conditions de vie des travailleurs, outre l’augmentation de la production, figurent parmi les priorités de cette nouvelle entreprise, sans parler de l’utilisation des équipements hyperperformants importés de Russie. « Les anciens employés de KRAOMA recevront des formations, puisqu’il n’y a pas question de licenciement. Le remue-ménage de ces derniers jours au sein de la société vient d’une communication défaillante entre les ouvriers et les dirigeants », ajoute ce responsable. La relance de cette exploitation à Brieville permet de garder pas moins de 500 emplois directs, et permet également à cette entreprise de contribuer au renflouement de la caisse de l’Etat, avec une production de 25 000 tonnes de chromite par mois. La société KRAOMA est connue dans l’extraction, le traitement et l’exportation de minerai de chrome dont le lieu de gisement est situé à Brieville.

Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff