Publié dans Société

Jour d’élection présidentielle - Les marchands de rue vaquent à leur occupation

Publié le mercredi, 07 novembre 2018

Outre les incidents remarqués au niveau des bureaux de vote, la situation dans la capitale au niveau des marchés ne laisse pas sans voix. Il n’y a pas eu de différence entre un jour ouvrable ordinaire et le jour d’une élection présidentielle dans la capitale de Madagascar. L’on peut dire même que la journée d’hier a été un moment opportun pour augmenter les bénéfices. La majorité des magasins, où des citoyens malgaches y sont employés, ont continué à exercer et envahis par des clients. Encore moins, les marchands de rue du côté d’Analakely ont tous rejoint la place pour  vendre leurs articles. Pour eux, la précarité de la vie les empêche de prendre une pause et de se concentrer à cet événement si important pour le pays.  Mais le pire dans cette situation c’est que ces marchands sont constitués majoritairement par des personnes qui ne sont pas inscrites sur la liste électorale.

Raison pour laquelle, ils ont décidé d’occuper les trottoirs au lieu de faire la queue au niveau des bureaux du fokontany pour la carte d’électeur  qu’ils n’obtiendront jamais. « Déjà, je ne suis pas inscrite sur la liste électorale, à quoi de bon se lamenter à la maison, pourquoi ne pas continuer le travail quotidien qui n’a pas d’heure particulière. Même si les clients se font rares, c’est encore  mieux d’être au marché que d’attendre le miracle. L’argent, il faut aller le chercher si l’on espère réussir », martèle une mère de famille vendant des chaussures à Soarano. Selon ses propos, le fait de ne pas remplir son devoir électoral  augmente le temps qu’elle peut passer à marchander.   « Cela fait deux ans que je suis venue à Antananarivo avec des documents administratifs en règle  et qui ont été remis au Fokontany. Pourtant, je ne figure pas sur la liste électorale. Or,  nous, la plupart des marchands de rue d’Analakely, ne sommes pas nés dans la capitale. On rencontre ainsi les mêmes problèmes. On préfère donc travailler au lieu de rester sans rien faire et sans argent », indique un marchand ambulant de chaussures de friperie. 

Toutefois, il y a ceux qui ont leurs cartes électorales mais préfèrent marchander jusqu’à 15 heures avant de passer au bureau de vote. Quelques-uns l’on fait très tôt le matin. « Place d’abord aux activités génératrices de revenus avant d’aller aux urnes. De toute façon, j’ai déjà  ramené avec moi au travail ma Carte d’identité nationale (CIN) et celle éléctorale, mes pièces d’accès au bureau de vote. Je peux même vous le montrer », avance un réparateur de montre à Analakely.  « Etre rongée par le remords de ne pas avoir voté comme après la dernière élection communale n’est plus une option. Pour cela, j’ai organisé mon passage au bureau de vote en fonction de mon travail. J’ai fini de cocher le bulletin de vote vers 7 heures et j’ai pris tout de suite la direction d’Analakely pour reprendre la routine qutodienne »,  raconte Nirina, une commerçante de produits cosmétiques à Analakely.  

 Recueillis par KR. 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena
  • Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action
  • Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Editorial

  • Cœur en flammes !
    Notre-Dame de Paris s’embrase. « Le cœur en  cendres » titrait à la Une un célèbre quotidien parisien. En effet, le cœur de Paris sinon le cœur de la France voire le cœur de l’Europe a pris feu ! Sans doute, Notre-Dame de Paris est le symbole national de l’Histoire de France. Un des édifices historiques qui témoigne de la valeur culturelle et religieuse des Français. Bâti en 1163 dans l’Ile de la Cité,  sous le règne de Louis VII et à l’initiative de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, elle ne sera achevée, du moins la structure principale, qu’en 1345. La durée des travaux s’étalait donc sur deux siècles. A titre de comparaison hâtive, les ouvriers ont mis trente ans pour finir les travaux de construction de l’Arc de Triomphe sur la Place de l’Etoile à Paris (1806-1836), et cela, malgré la pression impatiente du commanditaire des travaux, un certain Napoléon 1er.…

A bout portant

AutoDiff