Publié dans Société

Voie rapide Tsarasaotra – Ivato - Des taxi-be et des charrettes gênent la circulation

Publié le lundi, 05 novembre 2018

Deux ans après la pose de la première pierre, la route reliant Tsarasaotra à Ivato a été « réceptionnée » ou plutôt « inaugurée », officiellement la semaine dernière, plus précisément le 2 novembre dernier. Cette portion de route, qui aurait dû être utilisée quelques années plutôt dans le cadre du sommet de la Francophonie à Madagascar en 2016, est finalement achevée et opérationnelle. Ouverte aux usagers, cette voie a été réalisée par la société chinoise de travaux publics, la China Harbour Engineering Company (CHEC), et répond aux normes internationales en vigueur. Sa fonction essentielle est d’optimiser le réseau routier de la Ville des Mille qui s’étend de plus en plus vers les périphéries.

En effet, cette voie rapide de 11 km de longueur et de 12 mètres de  largeur permet de faire le trajet Tsarasaotra – Ivato en moins de 10 minutes si la circulation est fluide. Justement, plusieurs véhicules ont déjà essayé la route et apparemment,  d’Ankorondrano à l’aéroport d’Ivato prend seulement une quinzaine de minutes. Cette route qui, d’habitude fait plaindre les usagers à cause du trafic interminable de la digue à Talatamaty en passant par Ambohibao. Au départ, plusieurs règlements ont été présentés comme quoi la route n’est pas faite pour les taxi-be ni encore moins pour les charrettes à bœufs ou tirées par un humain. Ceci parce qu’il s’agit d’une route à voie rapide et qu’aucun arrêt ni stationnement ne devrait s’y trouver. Malencontreusement, plusieurs personnes se plaignent déjà de l’existence des charrettes et des voitures de transport en commun circulant déjà sur les voies. Chose qui a été formellement interdite avant même son ouverture.
L’histoire se répète
En effet, plusieurs usagers se plaignent notamment des risques d’accident sur la nouvelle route. « On se souvient tous de l’histoire de By-pass. Après son ouverture, les autorités avaient formellement interdit la circulation des charrettes sur cette voie rapide de 15 km. Actuellement, on les voit circuler jour et nuit sans que les agents de la circulation prennent leurs responsabilités. Un règlement banal qui nest plus accepté jusqu’à ce jour. Voilà que lhistoire se répète. Cette nouvelle route reliant Tsarasaotra et Ivato ne devrait être empruntée que par les véhicules particuliers. Or, actuellement les charrettes qui non seulement gênent la circulation mais aussi vont davantage « user » cette route qui a quand même dépensé plus de 184 milliards d’Ariary », explique un usager. Effectivement, l’existence de ces gêneurs de route pourra causer de graves accidents sur les lieux. « Avant l’ouverture de cette voie rapide, les taxi-be, les camions et les charrettes avaient déjà accès à une route sur laquelle ils pouvaient circuler librement. Cependant, ils choisissent d’emprunter cette nouvelle route  causant déjà un problème. Taxi-be rime en effet à arrêt fréquent, tout comme les charrettes, pourtant, comme il s’agit d’une voie rapide, donc les voitures roulant à vive allure ne peuvent pas brusquement s’arrêter à la vue des perturbateurs sur leur passage. Des illégaux qui ne devraient même pas s’y trouver », continue-t-il.
Règlements et irrespects
Si les responsabilités ne sont donc pas prises par les autorités, il se peut que cette nouvelle route soit prochainement peinte en rouge par le sang des victimes. Il est temps d’appliquer la loi. Selon l’arrêté municipal, pendant les heures de pointe, aucun pousse-pousse ni charrette ne pourront  circuler ni sur les voies rapides,  ni sur les routes très convoitées par les véhicules motorisés, entre 6h à 8h 30mn et 12h à 14h, pour être exact.  Ils doivent également respecter la question de surcharge comme quoi les charrettes auront comme charge maximum 1,5T. Pour les pousse-pousse, ils ne pourront pas dépasser les 700kg. Ils ne devront donc plus poser de problèmes de circulation dans la Capitale. Etant donné que la route est trop étroite, les voitures ne peuvent pas dépasser la charrette au risque de percuter un autre véhicule roulant dans le sens contraire. Une longue file de voitures commence alors à se former, provoquant après un embouteillage monstre qui peut durer jusqu’à une trentaine de minutes et ce, à cause de la présence de la charrette sur la route principale. Si les règlements ne sont donc pas respectés, on aurait beau construire des routes à 6 voies dans la Capitale mais les problèmes resteront toujours les mêmes.
Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff