Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Examens officiels - Le maintien des dates divise…

Publié le jeudi, 02 août 2018

Jour J-12. La date fixée pour la tenue de l'examen du CEPE approche à grand pas. Pourtant, bon nombre d'Ecoles primaires publiques (EPP) et de Collèges d'enseignement général (CEG) restent fermés jusqu'à maintenant, notamment ceux dans les Régions, à cause de la grève des enseignants. En fait, ces derniers refusent de reprendre leurs postes malgré les diverses déclarations faites par les leaders syndicaux d'Antananarivo. Conscients de cette situation, des responsables auprès du ministère de l'Education nationale auraient émis des propositions de report de quelques jours des dates prévues, soit le 14 août pour le CEPE et du 3 au 6 septembre pour le BEPC.

Pourtant, les dirigeants des associations et directions de l'enseignement privé se seraient opposés à tout ajournement, d'après une source voulant garder l'anonymat. Après une réunion qui a duré plus de 5 heures au siège du ministère de l'Education nationale (MEN) à Anosy, une déclaration faite par le directeur général de l'Education fondamentale et de l'Alphabétisation confirme le maintien des dates des examens officiels. Une décision prise « sous tension », selon les informations recueillies.
Des élèves dans la confusion
Certains élèves inscrits dans les EPP, en classe d'examen, ont toujours eu des cours durant la grève des enseignants. D'autres ont toutefois dû rester chez eux et attendre que la situation se calme. « Je me suis résignée à l'idée d'une année blanche, selon les informations que je vois à la télévision. Grande fut ma surprise en étant informée sur la reprise des cours, depuis la semaine dernière. Nous avons même eu un examen blanc mais franchement, j'étais perdue. Je n'ai pas pu répondre à diverses questions, notamment dans l'opération, le problème, l'histoire et la géographie. En parlant avec mes camarades de classe, ils ont eu le même problème », nous confie Nosy R. (nom d'emprunt), élève en classe de CM2 dans une EPP de la Capitale. Cette confusion des élèves semble se généraliser surtout dans les autres Provinces. « Nous n'avons pas encore de cours jusqu'à maintenant alors que l'examen du CEPE se fera dans 2 semaines. Je me demande comment va-t-on faire pour passer cet examen », ajoute Naivo A. (nom d'emprunt), inscrit dans une EPP à Ambatondrazaka.
Pour leur part, les enseignants des EPP restent sceptiques quant aux résultats d'admission à ce premier examen officiel. « Les résultats du CEPE blanc étaient un désastre, avec un taux de réussite ne dépassant même pas les 50 % pour la plupart des établissements ayant des enseignants en grève. Seuls les établissements ayant fait leur examen avant la grève ont eu des bons résultats », avance une enseignante anonyme. Dans tous les cas, les résultats du CEPE seront sûrement catastrophiques pour les EPP. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Lutte contre l’insécurité - Le Président de la République offre un avion Casa, trois hélicoptères, 5 avions Cessna, une centaine de véhicules tout-terrain aux Forces de l’ordre !
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea admirés par tout un peuple
  • Festivités du 26 juin - Le Président Andry Rajoelina aux côtés de la population
  • Premier ministre Christian Ntsay - « La dette de 170 milliards d’ariary envers le secteur pétrolier apurée »
  • Coupe d’Afrique des Nations 2019 - « Alefa Barea ! »
  • Nouveaux contrats d’approvisionnement de la JIRAMA - En cours de finalisation !
  • Arrêt des subventions aux pétroliers - 240 milliards d’ariary disponibles pour des projets étatiques
  • Baisse conséquente du prix du pétrole lampant - Le régime priorise les plus vulnérables
  • Véronique Vouland Aneini - « Beaucoup d'espoirs se lèvent à Madagascar »
  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes

Editorial

  • Jouissances populaires
    Que la fête commence !  Les festivités entrant dans le cadre de la célébration de la Fête nationale battent leur plein. A Antananarivo, la Capitale de Madagasikara, c’est l’effervescence. Dans tous les quartiers des six Arrondissements, différentes animations pour tous les âges et pour tous les goûts sont prévues (kermesses, mini-podiums, etc). Sur l’Avenue de l’Indépendance, le podium central surchauffe l’ambiance. A Betongolo, la Fête de l’Armée reprend ses droits avec des attractions diverses (stands de tir, baby-foot, etc). En cette fin de journée, le clou de la Fête, ce sera un grand show de feu d’artifice à Anosy. Bref, c’est la fête populaire dans la Ville des Mille ! Des jouissances populaires auxquelles tous, sans distinction de religion ou de régions ni de niveau de vie encore moins de responsabilité du haut de l’échelle de l’Etat jusqu’au plus bas de l’étage, sont conviés. Dans les provinces, l’ambiance populaire est également au…

A bout portant

AutoDiff