Publié dans Société

Ville d'Antananarivo - Les « fous furieux » se multiplient !

Publié le mardi, 10 juillet 2018

Un danger public. Le nombre des « fous furieux » qui errent dans la ville d'Antananarivo ne cesse d'augmenter ces derniers temps. A l'exemple d'hier, une jeune femme dans la trentaine a fait le tour d'Anosy et Ampefiloha, presque nue. Cette dernière étant apparemment agressive, les passants ont eu peur de l'approcher. Toutefois, ils n'ont pas manqué de prendre des photos d'elle pour ensuite les publier sur les réseaux sociaux. Après une matinée à errer dans cet axe, la « folle furieuse » s'en est prise au pare-brise d'une voiture à Anosy.

Mécontent, le propriétaire du véhicule n'a pu rien faire que de la chasser. Les témoins oculaires ont, quant à eux, déploré cet acte dangereux et destructeur. « Je me demande pourquoi les autorités compétentes, à l'exemple de la Commune urbaine d'Antananarivo, le ministère de la Population ou encore le ministère de la Santé publique restent impuissants face à une telle situation ? », s'interroge Nomentsoa R., une vendeuse ambulante œuvrant dans cette localité. Cependant, les passants et le voisinage craignent pour leur vie et leurs biens à chaque passage des aliénés. Au lieu d'être internés dans les centres spécialisés, ces derniers circulent librement dans la Capitale. D'ailleurs, leurs familles confient que faute de moyens, ils ne peuvent s'assurer de la prise en charge médicale et de leur séjour dans les hôpitaux psychiatriques. Les malades mentaux en ont pourtant besoin. Rappelons qu'un fou furieux a dernièrement agressé un passant, au point de le tuer. Pour information, la plupart de la déficience mentale surgit suite à des dépressions liées à la pauvreté, la perte d'un être cher ou des problèmes de couple. D'autres perdent la raison à cause de l'abus de drogue.
P.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff