Publié dans Société

Coopérative « Madaomby » - Création d'une plateforme pour les revendeurs

Publié le lundi, 18 juin 2018

Les Tananariviens consomment quotidiennement 300 à 400 têtes de zébu. Pourtant, l'approvisionnement ne cesse de diminuer, de même que la qualité des produits. Les éleveurs ne sont plus capables de combler le marché local à cause de l'insécurité qui règne dans le pays, ainsi que du manque de confiance entre les fournisseurs et les revendeurs. Pour tenter de résoudre ces problèmes, la coopérative « Madaomby » a organisé vendredi dernier une réunion avec les bouchers de la Capitale. L'amélioration des transactions, du prix et des méthodes de travail entre les fournisseurs et les revendeurs était au centre de la discussion. D'après le président de cette coopérative, les propriétaires des zébus sont confrontés à des problèmes de paiement. Ils sont souvent négligés par les revendeurs.

« Bon nombre de revendeurs ne sont pas ponctuels quant au paiement. Une situation qui engendre une énorme perte pour les éleveurs et les fournisseurs », avance-t-il.
La mise en place d'une plateforme pour les revendeurs est de rigueur, de même que pour les coopératives qui œuvrent dans ce domaine. Et ce, afin de mener à bien la gestion de la transaction, lutter contre les escroqueries et les intermédiaires qui sont les principales causes de la hausse du prix de la viande à Antananarivo.
La baisse du nombre de zébus est due à la propagation de l'insécurité dans le pays. Actuellement, les paysans n'osent plus garder les zébus après un à deux ans, si c'était de cinq à  six ans auparavant. Jusqu'à maintenant, l'augmentation du coût des carburants n'a pas encore d'impact sur le prix de la viande. La crise remontait au mois d'août jusqu'à décembre derniers. Durant cette période, les bœufs sont utilisés pour labourer les rizières.
Recueillis par Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff