Publié dans Société

Crash d'un avion - Aucun survivant sur les cinq passagers à bord

Publié le lundi, 18 juin 2018

Un avion a fait un crash au cours de la matinée d'hier dans une rizière située dans la localité d'Ampandrilaza, Commune d'Ampangabe à Ambohitrimanjaka, soit à quelques kilomètres de vol d'oiseau de l'aéroport international d'Ivato. Les 5 personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil, un Piper Navajo PA 31-310, un bimoteur appartenant à la compagnie Madagascar Trans Air (MTA), n'ont pas survécu à cet accident aérien, l'un des crashes les plus meurtriers qui se sont produits ces dernières années à Madagascar. Parmi les victimes, il y avait 4 pilotes dont un instructeur, un Général retraité ainsi qu'un adolescent, l'enfant de ce dernier.

Des témoins sur place ont affirmé avoir vu l'appareil voler dans une trajectoire bizarre vers 9 heures du matin avant de piquer brutalement du nez. L'appareil s'est totalement disloqué et seul l'empennage semblait être épargné. En se référant aux narrations des témoins au sol, un expert en aviation tente de donner une explication. « Il pourrait s'agir d'une simulation de panne de moteur qui a viré au drame », avance-t-il prudemment avant d'ajouter que l'enquête confirmera ou infirmera cette supposition. 
L'avion a quitté l'aéroport international d'Ivato pour un vol d'instruction, pour les uns, ou un vol de lâcher selon les autres, d'une durée de demi-heure. Il s'agit d'un vol d'entrainement à moins de 6 000 pieds afin d'habituer certains des pilotes-passagers à ce type d'appareil.
Quant à l'itinéraire de l'avion, tout aurait été planifié comme la règle le recommande. D'ailleurs, les pilotes s'étaient conformés aux
procédures d'usage pour être autorisés à décoller de l'aéroport d'Ivato et pour effectuer un vol prévu ne durer que quelques minutes. Néanmoins,  l'on ignore donc ce qui s'était exactement produit à bord une fois que l'aéronef a volé à la verticale d'Ampangabe où le crash s'était produit. Les pilotes qui étaient aux commandes de l'appareil ont encore conversé avec le tour de contrôle quand ce dernier a subitement perdu tout contact avec les premiers. Des éléments de l'Armée étaient dépêchés sur place en vue de dégager les corps des victimes des décombres du Piper. Vers 17h, un hélicoptère a acheminé les dépouilles vers Ivato. 
Ce crash du Piper Navajo d'hier peut être considéré comme l'un des plus meurtriers de l'histoire de l'aviation du pays. Le plus
tragique reste jusqu'à maintenant, celui de l'année 1967 à l'aéroport d'Ivato et ayant fait 42 morts dont le ministre malagasy des Affaires étrangères de l'époque, Albert Sylla. Il s'agit d'un DC 4 appartenant à la compagnie nationale Air Madagascar. En 1995, un autre crash d'un DC3 de l'Armée malagasy a fait 34 morts peu avant son atterrissage à Ivato. Des membres d'une délégation de mission sanitaire ont péri dans ce drame. Contrairement au crash d'hier, des passagers avaient survécu aux accidents aériens de 1967 et de 1995.
F.R.

Liste des victimes :
-Ranaivoarison Claude
-Razafindrakoto Eddie Charles
- Razafindrakoto Andy
-Razafimanantsoa Kevin
-Andrianarijaona Mamy Tahiana

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff