Publié dans Société

Attaque contre un convoi de 4x4 - 1 mort, 4 gendarmes gravement blessés

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Un homme de 35 ans, chauffeur de son état, fut tué tandis 4 gendarmes furent blessés. Deux personnes sont gravement atteintes et ont été évacués à l’hôpital militaire de Soavinandriana (CENHOSOA). C’est le bilan de l’assaut mené par 20 « dahalo » équipés de fusils de chasse contre un convoi de trois véhicules 4x4, dans l’après-midi du 8 juin dernier, sur une route nationale à Ihorombato, Commune rurale de Beravina, District de Tsiroanomandidy.

Les assaillants ont surtout visé le véhicule roulant à la tête du cortège avec des tirs nourris, touchant ainsi mortellement le conducteur. Sa poitrine fut truffée de balles. Puisque le véhicule a alors échappé à tout contrôle, il a terminé sa course folle au fond d’un ravin, d’une profondeur d’au moins 80 mètres. Cela explique donc les graves blessures chez les deux gendarmes d’escorte. Mais ces derniers ont fait preuve d’un héroïsme sans précédent. Malgré leur état, ils ont pu s’extraire des décombres et ont encore réussi à repousser les agresseurs dans un échange de tirs. Ces bandits avaient comme objectif de piller le véhicule, mais ils ont dû alors prendre la fuite. Pendant cela, le conducteur du second 4x4 dont la vue a été gênée par la poussière soulevée par le véhicule de tête, a encore continué sa route. Il n’a pas réalisé le drame qui venait de toucher ses collègues et n’a finalement décidé de s’immobiliser qu’après avoir roulé quelques  mètres plus loin. Le troisième véhicule qui fermait la marche était tombé aussi dans le guet-apens et a essuyé quelques tirs. C’était dans ces circonstances que les deux autres gendarmes d’escorte qui était à son bord, furent blessés. Des balles les ont frôlés à la fois aux jambes et au dos. Mais comme nous venons de le narrer, les quatre gendarmes, malgré bien leurs blessures, ont résisté aux assaillants. La bravoure des membres des Forces a poussé l’adversaire à faire repli.
Une heure après les faits, des renforts auxquels les quatre courageux ont fait appel, sont arrivés sur place. Les nouveau-venus ont dont évacué leurs camarades blessés et le corps du chauffeur à Tsironanomandidy. 
Quant au propriétaire du véhicule tout-terrain  tombé dans le précipice, il a pris les mesures nécessaires pour récupérer la voiture, le 9 juin à Ihorombato. Il était escorté des gendarmes afin de le protéger d’une nouvelle offensive des « dahalo ». Notons que les passagers de ces 4x4 venaient d’une mission dans la Région de Melaky au début de la semaine dernière.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff