Publié dans Société

Befotaka-Sud - 2 gendarmes tués au cours d’une embuscade, 1 assaillant abattu

Publié le mercredi, 30 mai 2018

Un adjudant-chef  du nom de Bien Aimé Raherinirina (chef de poste) ainsi qu’un gendarme de 1ère classe G1C, Aurélien Ratsizafy alias « sefo Aurélien » ont perdu la vie au cours d’une embuscade dressée par les « dahalo » dans la Commune rurale de Ranotsara, District de Befotaka-Sud, mardi dernier. Cette triste nouvelle parvenait de ce District même. Les faits se sont produits vers 6h du matin. Ils étaient quatre dont les deux victimes à effectuer une mission en vue de rechercher et arrêter un chef de bandits rendu tristement célèbre, le surnommé Kapo. Se basant sur un renseignement, les quatre gendarmes ont donc rejoint le village d’Ambohangimasy, là où le suspect réside, sinon le lieu où il est censé se retrancher.

Une fois que les éléments de cette petite patrouille des Forces de l’ordre eurent repéré le domicile de Kapo, deux d’entre eux, l’adjudant-chef et le GC1 n’ont pas hésité à entrer pour surprendre le concerné, tandis que les deux autres étaient restés dehors pour assurer la couverture de leurs collègues. Entre-temps, ledit Kapo qui n’était pas chez lui ainsi que ses hommes étaient cachés dans d’autres maisons voisines. Ils ont aussitôt engagé les deux gendarmes, alors pris totalement au dépourvu sous les tirs croisés des assaillants. Mais les membres des forces ont réussi à joindre leur base afin de demander des renforts. En entendant les rumeurs de l’affrontement, l’adjudant et son collègue ont voulu voir de près la situation et étaient rapidement ressortis. C’était dans ces circonstances que les tireurs embusqués les ont accueillis avec des giclées de plombs. « L’échange de tirs était particulièrement intense, obligeant ainsi les deux gendarmes restés à l’extérieur de la maison à se planquer derrière un abri de fortune, tandis que l’adjudant-chef et le GC1 n’ont pas eu cette chance. Les balles des assaillants les ont frappés de toutes parts », déplore une source auprès de la Gendarmerie. Côté « dahalo », certains d’entre eux n’étaient pas non plus sortis indemnes de cette escarmouche. Au moins, l’un d’eux a également perdu la vie tandis que plusieurs autres furent blessés.
 Mais revenons dans les cas des gendarmes tombés en héros sur le champ de bataille. Si l’un d’eux vient de Toliara, l’autre est originaire de Fianarantsoa. Les villageois ont transporté leurs corps. Une information, d’ailleurs confirmée par la Gendarmerie,  précise qu’il n’était plus question de les ramener dans leur base locale à Befotaka-Sud. Ces soldats ont été considérés comme des héros nationaux. Leurs dépouilles seront directement transférées dans leur Région d’origine respective. En ce moment même, des contingents mixtes de militaires et de gendarmes ont été dépêchés sur les lieux afin de ratisser le secteur et démarrer en même temps une enquête. Déjà le week-end dernier, un militaire a trouvé la mort dans des circonstances spéciales au cours d’un duel d’artillerie avec un autre gendarme à Kandreho,  une localité située dans l’Ouest du pays. Ces faits démontrent que l’heure est vraiment grave, même au niveau des Forces de l’ordre qui ne savent plus parfois sur quel pied danser devant la recrudescence de l’insécurité dans le pays.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff