Publié dans Société

Mois du Ramadan à Madagascar - Des millions de musulmans passent au jeûne

Publié le mercredi, 16 mai 2018

Un mois de prière, d’abstinence et de charité. Certains musulmans à travers le monde ont passé au Ramadan, parmi les 5 piliers de l’Islam, depuis hier tandis que d’autres le feront à partir de ce jour. La date diverge selon la position géographique de chaque région ou pays, laquelle détermine la visibilité du croissant de lune pour débuter le jeûne. Pour les pratiquants de l’Islam à Madagascar, qui constituent plus de 10 % de la population, soit pas moins de 2 millions d’habitants, ce mois sacré débutera ce jour. Il s’agit d’une occasion pour les pratiquants de consacrer leur temps à prier et à s’interdire de nombreux comportements et conduites en temps normal.

« Si le fidèle a par exemple l’habitude de manger à sa faim ou de trop bavarder, il devra jeûner et maîtriser sa langue durant les 29 ou 30 jours de Ramadan. Par contre, il devra se focaliser sur la prière pour renforcer son amour et son dévouement pour Allah », avance un imam auprès d’une mosquée aux 67Ha. Tout musulman ne devrait ni manger, ni boire, ni fumer et non moins faire des rapports sexuels dès l’aube jusqu’au coucher du soleil. Ceux qui enfreignent cette règle feront l’objet d’une sanction sévère de la part de la communauté musulmane, d’après les informations recueillies. Par contre, les enfants et personnes âgées, ainsi que celles malades ou encore les femmes enceintes et les mères allaitantes en sont exclus.
Multiplication des actions caritatives
Outre la sanctification et l’abstinence, le mois du Ramadan se démarque par la multiplication des actions caritatives menées par les musulmans. D’ailleurs, les gens défavorisés se ruent vers les entrées des mosquées ou encore devant les maisons et boutiques des musulmans, notamment lors de la rupture du jeûne quotidien ou « Iftar » pour recevoir des dons constitués majoritairement par des vivres. Aussi, les associations musulmanes renforcent leurs œuvres humanitaires auprès des centres ou établissements accueillant des vulnérables, entre autres les orphelinats. A la fin du Ramadan, les fidèles doivent s’acquitter d’une aumône qu’ils appellent « Zakât al-fitr », au profit des personnes dans le besoin.
Par ailleurs, bon nombre de personnes en dehors de la religion musulmane tirent profit du Ramadan. C’est le cas des marchands, comme les bouchers et les épiciers, qui voient leurs recettes augmenter au début du mois sacré. « La plupart des musulmans font des provisions pour mieux faire face au Ramadan. Ils achètent les viandes, farine, sucre, huile ou encore les fruits secs, légumes, etc., en grande quantité, à notre plaisir. Nous nous préparons à cela quelques semaines avant pour éviter toute rupture de stock », nous confie un gérant de supermarché du côté d’Ankorondrano.
Pour rappel, les musulmans résidant à Madagascar bénéficient, ces dernières années, de 2 jours fériés, chômés et payés en plus de ceux habituels, lors de la célébration de la fin du mois de Ramadan ou « Aïd al fitr » et celui de la commémoration de la fête du sacrifice ou « Aïd al Adha ».
Recueillis par Patricia Ramavonirina   

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff