Publié dans Société

Antananarivo-Renivohitra - Des escrocs partout !

Publié le mercredi, 16 mai 2018

Institutions publiques, écoles, églises, entreprises et la communauté, ce sont les cibles privilégiées des escrocs. En effet, les arnaques en tout genre commencent à gagner de la place dans le pays. A titre d’illustration, la population se plaint des faux agents de la Jirama qui font des descentes dans plusieurs quartiers de la Capitale. Certains effectuent des relevés ou se présentent comme des réparateurs de compteurs. D’après une mère de famille qui a été déjà victime de cet acte malveillant, les soi-disant agents de la JIRAMA semblent bien connaître son problème.

« Ils portent des badges et prétendent bien savoir tous mes problèmes, jusqu’à la place du compteur », avance-t-elle. Ils font leur sale besogne en opérant par groupe de deux à trois personnes. Ainsi, ces gens crapuleux savent bien les méthodes de travail de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité.
Par ailleurs, depuis des années, bon nombres de gens, notamment ceux issus des bas-quartiers de la Capitale sont victimes d’arnaques faites par des agents de contrôle de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). « Constitués par un groupe de deux à quatre personnes, ils portent des badges et des cahiers de registre. Il demande alors au propriétaire le permis de construction. En l’absence de ce document, ils prennent en photos tous les coins de la maison en cours de construction, puis rédigent un soi-disant rapport dans un cahier. Vient ensuite un arrangement à l’amiable », rapporte une autre mère de famille habitant à Ankorondrano. Envahie par la peur, la cible  n’a pas d’autre choix que d’accepter leur offre. D’après toujours cette mère de famille, la plupart d’entre eux sont des agents de la CUA, mais exerçant dans d’autres départements. « Questionnés sur leur ordre de mission, ils ne font que nous menacer », ajoute-t-elle.  Mardi dernier, la Commune a effectué une déclaration sur l’existence d’un nommé Randrianarisoa Eugène dit « Stratège-man », lequel se présente comme étant le directeur général de cette institution. Cependant, il n’est autre qu’un escroc. Sur ce, la CUA décline toute responsabilité quant aux actes et agissements perpetrés par cet individu au nom de la Commune.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Revirement de Marc Ravalomanana - Un aveu de la victoire au 1er tour de Andry Rajoelina
  • Election - Andry Rajoelina au dessus de la mêlée
  • Ambohibao - Mbola Rajaonah et Claudine Razaimamonjy se croisent au BIANCO
  • Corruption - Mbola Rajaonah auditionné au Bianco Ambohibao
  • Jet d’explosifs - Aucun suspect arrêté
  • Andry Rajoelina - « Nous sommes prêts à nous battre »
  • Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI
  • Trucage des résultats électoraux - Des têtes vont tomber au niveau des SRMV
  • TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !
  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens

La Une

Editorial

  • Mouillée !
    Les soupçons de magouille et manipulation de voix au niveau de la CENI, du moins, au sein de ces démembrements se précisent. Comme il fallait s'y attendre, le président fondateur de l'IEM, le candidat n° 13, Andry Nirina Rajoelina (ANR), entouré de ses proches, fit une retentissante  déclaration, au siège de son état-major à ARENA (Ivandry). Des preuves irréfutables à la main et d'un ton ferme et catégorique, ANR dénonçait le tripatouillage des voix orchestré au sein de la Commission électorale nationale indépendante durant les travaux de traitements des dossiers émanant des bureaux de vote. Les résultats provisoires publiés officiellement par la CENI sont, donc, entachés de fraudes.  Il pointait du doigt la volonté délibérée de certains responsables de la CENI, à partir des Sections de recensement des matériels de vote (SRMV) au niveau des Districts, de léser le candidat n° 13.

A bout portant

AutoDiff