Publié dans Société

Antananarivo-Renivohitra - Des escrocs partout !

Publié le mercredi, 16 mai 2018

Institutions publiques, écoles, églises, entreprises et la communauté, ce sont les cibles privilégiées des escrocs. En effet, les arnaques en tout genre commencent à gagner de la place dans le pays. A titre d’illustration, la population se plaint des faux agents de la Jirama qui font des descentes dans plusieurs quartiers de la Capitale. Certains effectuent des relevés ou se présentent comme des réparateurs de compteurs. D’après une mère de famille qui a été déjà victime de cet acte malveillant, les soi-disant agents de la JIRAMA semblent bien connaître son problème.

« Ils portent des badges et prétendent bien savoir tous mes problèmes, jusqu’à la place du compteur », avance-t-elle. Ils font leur sale besogne en opérant par groupe de deux à trois personnes. Ainsi, ces gens crapuleux savent bien les méthodes de travail de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité.
Par ailleurs, depuis des années, bon nombres de gens, notamment ceux issus des bas-quartiers de la Capitale sont victimes d’arnaques faites par des agents de contrôle de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). « Constitués par un groupe de deux à quatre personnes, ils portent des badges et des cahiers de registre. Il demande alors au propriétaire le permis de construction. En l’absence de ce document, ils prennent en photos tous les coins de la maison en cours de construction, puis rédigent un soi-disant rapport dans un cahier. Vient ensuite un arrangement à l’amiable », rapporte une autre mère de famille habitant à Ankorondrano. Envahie par la peur, la cible  n’a pas d’autre choix que d’accepter leur offre. D’après toujours cette mère de famille, la plupart d’entre eux sont des agents de la CUA, mais exerçant dans d’autres départements. « Questionnés sur leur ordre de mission, ils ne font que nous menacer », ajoute-t-elle.  Mardi dernier, la Commune a effectué une déclaration sur l’existence d’un nommé Randrianarisoa Eugène dit « Stratège-man », lequel se présente comme étant le directeur général de cette institution. Cependant, il n’est autre qu’un escroc. Sur ce, la CUA décline toute responsabilité quant aux actes et agissements perpetrés par cet individu au nom de la Commune.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff