Publié dans Société

Ramassage d’ordures à Antananarivo - Les prestataires du SAMVA refusent de coopérer

Publié le mardi, 15 mai 2018

Dépité. Le Service autonome pour la maintenance de la ville d’Antananarivo (SAMVA) a fait face à un grand problème de ramassage d’ordures, la semaine dernière. En fait, la plupart des bacs à ordures ont débordé, faute d’une collecte régulière. A cela s’ajoutaient les montagnes de déchets ménagers qui se sont formés dans certains coins de la ville des mille. Cette perturbation du ramassage d’ordures s’explique par le refus des propriétaires des camions à poursuivre leurs prestations après la fin de leur contrat, au début du mois. « Ces prestataires ont décliné l’« avenant » pour l’utilisation de leurs camions, en attendant le renouvellement du contrat », confirme Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH). Les prestataires refusaient de coopérer à cause des dettes qui ne cessent de s’accumuler ces derniers temps. « Les arriérés de location des camions prestataires s’élèvent actuellement à 9 milliards d’ariary. Puisque leurs locations coûtent entre 500 et 600 millions d’ariary par mois, ces dettes équivalent ainsi à 2 ans d’impayés, d’où les conflits », ajoute le ministre de tutelle. Face à la suspension de la prestation, au détriment de l’assainissement de la Capitale, le SAMVA a dû chercher une solution provisoire, dont le déploiement de camions et pelleteuses pour collecter le maximum d’ordures. Une alternative effective jusqu’au lancement de l’appel d’offres sur les prestations, le 15 mai.

 

Des équipements modernes en vue

Pour une meilleure transparence de la gestion administrative et financière. Le SAMVA envisage de mettre en place des équipements modernes pour l’enregistrement des camions prestataires et de leurs services en matière de collecte d’ordures. « Parmi ces équipements figurent des caméras de surveillance et d’enregistrement couplés avec des ordinateurs. Il y aura également un pesage au sol et un flashage des camions, comme c’est le cas dans les pays développés. Cet enregistrement permettra d’identifier les camions et la quantité d’ordures transportées, outre les horaires. Du coup, la somme à décaisser sortira facilement des calculs », avance le numéro Un du MEEH. D’après toujours le ministre, cette modernisation évitera les fausses déclarations ou autres cas de tricherie, d’autant plus qu’il n’y aura plus aucune intervention de personnes. De plus, elle permettra de faire des économies.

A titre de rappel, le SAMVA loue un camion à 8 000 ariary par tonne par jour puisque les 2 seuls véhicules à sa disposition ne sont plus fonctionnels. Le nombre de véhicules mobilisés dépend pourtant de la quantité des ordures à collecter, ainsi que des autres missions à accomplir. Cet effectif ne dépasse pourtant pas les 50 camions. Les agents dudit service arrivent à ramasser plus de 2 000 tonnes d’ordures par jour. Le MEEH contribue à la régularisation de la situation du SAMVA à travers le paiement en tranche des arriérés, afin d’éviter toute manifestation ou interruption des prestations.

Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff