Publié dans Société

Manarintsoa-centre - Les riverains ont voulu vitrioler trois bandits

Publié le jeudi, 12 avril 2018

Au début de cette semaine, les limiers du commissariat du 4e  Arrondissement ont interpellé six individus    incriminés pour cambriolage. Les faits les plus récents remontent tôt le matin du 10 avril. Trois de ces bandits étaient sur le point de cambrioler une  maison dans le quartier de Manarintsoa-centre lorsque le fokonolona les a surpris. Une fois qu’ils ont neutralisé les trois larrons,  les riverains, très en colère,  ont voulu brûler leurs visages avec de l’acide. Heureusement pour ces bandits, des éléments dudit commissariat étaient arrivés à temps ! Ce qui a permis de sauver l’existence  aux trois suspects.

Quant aux trois autres bandits, ils étaient arrêtés le 8 avril pour avoir cambriolé chez un particulier, alors absent des lieux au moment des faits. Deux motopompes et un poste de soudure furent volés dans sa maison.  Il ne s’était pas aperçu de l’effraction que le lendemain matin, c’est-à-dire à son arrivée. Après la plainte qu’il a déposée, la Police a démarré les recherches. Un renseignement l’a menée sur la piste d’un certain Bolo et son compagnon Beda. Ce dernier fut interpellé le premier chez lui à Manarintsoa, le 10 avril. Il a dénoncé Bolo et Eric, ses acolytes. Ce dernier serait un receleur de vol.
Après leur déferrement au cours de la journée d’hier, les six malfrats ont été ensuite placés sous mandat de dépôt à Antanimora. La colère des riverains de Manarintsoa-centre, l’une des zones rouges de la Capitale en matière d’insécurité est compréhensible à certains égards. Ils sont à la fois lassés et terrorisés quand on sait qu’il se produit en moyenne une vingtaine de cas d’insécurité par semaine.  Depuis le début de l’année, et malgré les efforts de la Police pour traquer ces bandits, il se passe des choses horribles à Manarintsoa-centre. On y rencontre tous les aspects du banditisme allant des agressions visant des piétons ou des passagers de véhicules jusqu’aux attaques armées, les braquages meurtriers, sans oublier bien sûr les cambriolages, qui y sont particulièrement légion.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff