Publié dans Société

Kidnapping de Kalidas - Un autre ravisseur à Tsiafahy

Publié le mercredi, 11 avril 2018

L’enquête concernant l’enlèvement du propriétaire de la bijouterie Kalidas en janvier dernier à Antanimena, connaît un récent développement. Vers 7h du matin, le 10 avril dernier, Zo, le second acteur de ce rapt, a été arrêté par des limiers de la Brigade criminelle à Analakely. Ce dernier n’est autre que le gardien de la bijouterie. Après son audition, le concerné était directement placé sous mandat de dépôt à la maison de force à Tsiafahy.

 

On peut dire que son interpellation a découlé d’un piège monté par la Police. Depuis qu’elle eut identifié le ravisseur, celle-ci n’a pas cessé de le surveiller et le prendre en filature jusqu’à ce que ses limiers n’aient pu mettre la main sur lui. Lors d’une perquisition à son domicile à Ambohimalaza, la Police découvre et procède à la saisie d’objets compromettants dont une matraque électrique et un poignard.

Rappelons qu’un premier auteur impliqué dans ce même enlèvement fut arrêté un mois à peine après les faits. Il s’agit de ce bandit qui était tombé de la moto qui l’a transporté à cause de la grande précipitation du pilote sitôt le bijoutier entre les mains du gang. Trahi par ses cicatrices occasionnées par sa chute, il n’avait aucune chance pour se soustraire des griffes des enquêteurs. D’ailleurs, c’est lui qui aurait refilé le tuyau à la Police pour qu’elle puisse finalement remonter la piste de Zo. 

Le propriétaire de la bijouterie Kalidas a été enlevé le 17 janvier pendant un embouteillage près de la villa Pradon à Antanimena. Les ravisseurs s’étaient emparés de la victime alors au volant de sa berline Hyundai et sous les yeux de ses « bodyguards »,  tous des membres des Forces de l’ordre à la retraite. Les bandits les ont désarmés et les ont fait s’agenouiller près de la voiture de la victime, offrant une scène inédite pour les passants, éberlués et paniqués. Ses ravisseurs ont relâché le bijoutier le 5 février.  Mais les circonstances de sa libération restent toujours une énigme dans la mesure où sa famille n’a rien voulu dire. La Communauté française d’origine indienne à Madagascar (CFOIM) suit de près toutes les affaires d’enlèvement commises dans ce pays.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé
  • Démission DG Kraoma Malagasy - Suite à la vente d'actions de la société aux Russes ?
  • Préfets et chefs de région au congrès du HVM - Des sanctions attendues !
  • Insécurité à Madagascar - Un des grands échecs du régime Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Essai transformé !
    Les cent jours de la « période d’essai » de Ntsay Christian touchèrent à leur fin ce vendredi 14 septembre 2018. Nommé le 14 juin 2018, exactement trois mois et dix jours, le nouveau locataire de Mahazoarivo tenait d’une main de fer la barre du pays. Il est d’usage comme dans toute entreprise digne de l’être d’accorder un temps d’essai à un employé ou cadre nouvellement recruté au terme duquel la Direction se réserve le droit d’apprécier à sa juste valeur la nouvelle recrue pour une confirmation ou pour un simple rejet.

A bout portant

AutoDiff