Publié dans Société

Kidnapping de Kalidas - Un autre ravisseur à Tsiafahy

Publié le mercredi, 11 avril 2018

L’enquête concernant l’enlèvement du propriétaire de la bijouterie Kalidas en janvier dernier à Antanimena, connaît un récent développement. Vers 7h du matin, le 10 avril dernier, Zo, le second acteur de ce rapt, a été arrêté par des limiers de la Brigade criminelle à Analakely. Ce dernier n’est autre que le gardien de la bijouterie. Après son audition, le concerné était directement placé sous mandat de dépôt à la maison de force à Tsiafahy.

 

On peut dire que son interpellation a découlé d’un piège monté par la Police. Depuis qu’elle eut identifié le ravisseur, celle-ci n’a pas cessé de le surveiller et le prendre en filature jusqu’à ce que ses limiers n’aient pu mettre la main sur lui. Lors d’une perquisition à son domicile à Ambohimalaza, la Police découvre et procède à la saisie d’objets compromettants dont une matraque électrique et un poignard.

Rappelons qu’un premier auteur impliqué dans ce même enlèvement fut arrêté un mois à peine après les faits. Il s’agit de ce bandit qui était tombé de la moto qui l’a transporté à cause de la grande précipitation du pilote sitôt le bijoutier entre les mains du gang. Trahi par ses cicatrices occasionnées par sa chute, il n’avait aucune chance pour se soustraire des griffes des enquêteurs. D’ailleurs, c’est lui qui aurait refilé le tuyau à la Police pour qu’elle puisse finalement remonter la piste de Zo. 

Le propriétaire de la bijouterie Kalidas a été enlevé le 17 janvier pendant un embouteillage près de la villa Pradon à Antanimena. Les ravisseurs s’étaient emparés de la victime alors au volant de sa berline Hyundai et sous les yeux de ses « bodyguards »,  tous des membres des Forces de l’ordre à la retraite. Les bandits les ont désarmés et les ont fait s’agenouiller près de la voiture de la victime, offrant une scène inédite pour les passants, éberlués et paniqués. Ses ravisseurs ont relâché le bijoutier le 5 février.  Mais les circonstances de sa libération restent toujours une énigme dans la mesure où sa famille n’a rien voulu dire. La Communauté française d’origine indienne à Madagascar (CFOIM) suit de près toutes les affaires d’enlèvement commises dans ce pays.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana

La Une

Editorial

  • Indétrônable
    Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

A bout portant

AutoDiff