Publié dans Société

Ambalavao - Il fut lynché après avoir poignardé à mort son interlocuteur

Publié le jeudi, 05 avril 2018

 Le nommé Michel Rahavanolona (26 ans)  né à Sahamasy et  fils de cultivateur meurt sous les coups de couteau de son interlocuteur en début de soirée  le 1er avril à  Ankaramena à Ambalavao.  Ce drame est survenu à la suite d’une zizanie entre les deux hommes. Le présumé tueur répond au nom de Georges Ratsimbazafy demeurant dans le quartier de Mahazoarivo.

 

 Selon des témoins,  la victime a été tuée sur le coup tandis que  l’auteur du forfait est arrêté par les membres du fokonolona. Ces derniers s’en sont pris à l’agresseur en lui infligeant des coups à la suite desquels  il a été grièvement blessé. Heureusement, l’arrivée des gendarmes sur les lieux a mis un terme à ce lynchage et le blessé a été évacué sur le CHRR Ambalavao. C’est le poste avancé de gendarmerie  d’Ankaram ena qui se charge des investigations et enquêtes. Ces derniers mois, le sang a coulé dans ce District du Sud du pays où l’on tue facilement pour  rien ou de futilité. En février dernier, une mère de famille de 35 ans fut mortellement agressée. Le plus étonnant dans cette affaire,  c’est  que le meurtrier est un pasteur d’une église dans la localité.  La victime est sortie de chez elle pour acheter du tabac quand le pasteur s’en était violemment  pris à elle en la rouant de coups.    Grièvement blessée, elle a été emmenée d’urgence à l’hôpital. Malheureusement, elle n’a pas survécu.  L’opinion n’est pas prête également d’oublier l’assassinat barbare d’un adjudant-chef dans sa base à Moramanana, en juillet 2016. La victime fut chargée avec un objet tranchant  et fut retrouvée mort. Il a été dépouillé de son Kalachnikov et de sa tenue de combat.  Bref, sur place, la liste des cauchemars se poursuit mais ne se ressemble pas.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff