Publié dans Société

Antsirabe - Une femme décapitée et démembrée

Publié le vendredi, 09 février 2018

L’œuvre d’un tueur en série ?  Nul n’a soupçonné que ce sac entreposé à un coin de rue a renfermé les restes atrocement mutilés  d’une femme!  Cela s’est produit vers minuit mercredi dans le quartier de Vatofotsy à la sortie de la ville d’Antsirabe, sur la RN7. La vue de l’objet  à une heure si indue de la nuit et à cet endroit-là de la cité, a suscité la curiosité des salariés d’une entreprise privée sur le chemin menant vers  chez eux. 

Ne pouvant s’empêcher de voir ce qui peut se trouver à l’intérieur, ils ont découvert avec horreur la victime d’une trentaine d’années.  Dans ce meurtre barbare, le ou ses auteurs l’ont décapitée et démembrée. Du coup, les travailleurs ont informé la police.  Lors d’un constat sur place, aucun indice n’a encore permis de révéler l’identité de la victime.  Or, les enquêteurs estiment que l’assassinat aurait dû se produire dans un autre endroit quelques heures avant que ces passants n’aient trouvé le corps mutilé dans ce sac.
Pour le moment, l’on n’a pas encore signalé, ni aucune plainte des proches de la défunte, ni  le signalement des suspects. Selon une information de la région,  cela fait la deuxième fois que ce quartier a été le théâtre de découverte macabre. Le premier du genre remonte le 31 juillet 2017, toujours dans le même quartier de Vatofotsy. A l’époque,    ses habitants ont découvert le cadavre d’une femme sauvagement mutilée. La dépouille rendue méconnaissable car sans tête, ni membres de la victime, était enveloppée dans un sac et déposée sur un lieu de décharges. En faisant un lien  entre ces deux faits horrifiants et présentant de nombreuses similitudes, la balle est maintenant dans le camp des enquêteurs. Au moins, des tireurs de pousse-pousse ont parlé d’un 4x4. Ils ont affirmé avoir vu le véhicule s’immobiliser un moment pour qu’une personne voyageant à l’intérieur ait pu déposer un sac sur le lieu de la découverte macabre.
Franck Roland  

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff