Publié dans Société

Passage du cyclone «Ava » - Les hébergés de l’Ans rentrent chez eux

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

Vers un retour à la normale pour des milliers de sinistrés d’Antananarivo. Les centaines de familles hébergées au gymnase de l’Ans d’Ampefiloha ont quitté les lieux depuis la soirée de jeudi dernier. Ils y ont été abrités pendant quelques jours, car leurs foyers respectifs ont été envahis par les eaux. La plupart de ces personnes abritées se composent de mères de famille et des enfants.

Les chefs de famille ont dû rester dans leurs maisons pour s’assurer de la sécurité, malgré la présence des éléments des Forces de l’Ordre dans les parages. Avant leur départ, un assainissement général accompagné d’une désinfection se sont tenus sur place, à travers les travaux de haute intensité de main-d’œuvre. Les ouvriers mobilisés pour ce faire ont reçu des vivres en contrepartie des quelques heures de travail entrepris. Rappelons que ces personnes déplacées ont déjà reçu des vivres de la part du Gouvernement, au lendemain de leur arrivée sur le site. Une mésentente a cependant eu lieu lors de la distribution, avec l’intrusion des personnes en dehors du site mais qui vivent dans les quartiers environnants, ayant réclamé leur part de vivres.
Par ailleurs, le dernier bilan provisoire émanant du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc), en date d’hier, fait état de 44 décès et 26 personnes portées disparues. La région de Haute Matsiatra enregistre le plus de morts (17) tandis que celle de Menabe compte le plus de disparus (9). Le nombre de sinistrés s’élève actuellement à 159 687, dont 40 593 à Analamanga et 32 677 dans l’Atsinanana. Sur les 53 535 personnes déplacées cumulées, 18 069 sont encore dans les sites d’hébergement. D’un autre côté, l’alerte jaune indiquant la menace de danger est maintenue pour quelques Communes longeant les rivières de Sisaony, Ikopa et Mamba. Néanmoins, le niveau des eaux est en baisse sur les échelles de mesure. Aussi, quelques routes nationales comme la Rn3, Rn4, Rn6 et Rnt12 sont désormais ouvertes à la circulation, après quelques jours de coupure suite au passage d’Ava. Notons que les activités de survol s’enchaîneront ce week-end, tout comme l’opération pilote de recensement des sans-abri en vue d’établir une base de données des populations vulnérables dans l’Atsimondrano.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff