Publié dans Société

Université de Toliara - Les enseignants-chercheurs en grève !

Publié le lundi, 13 novembre 2017

Suspension des activités pédagogiques, des examens et des soutenances de fin d’études. Tel est le principal impact de la grève des enseignants-chercheurs regroupés au sein du Seces, section Toliara, effective depuis hier. Ce syndicat a pris ladite décision à l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier, avec la participation d’une soixantaine d’enseignants.

Selon les informations recueillies, seuls 5 d’entre les participants ont proposé d’entamer une semaine de préavis de grève. Les autres ont uni leur voix pour passer directement à l’acte, à travers la suspension de toutes les activités. « Nous n’avons pas encore touché les indemnités des heures complémentaires depuis l’année universitaire 2015-2016. Pourtant, le calendrier universitaire de 2016-2017 touchera  à sa fin d’ici peu. Le cumul d’indemnités commence à peser sur les enseignants », fait part le Président du Seces section Toliara. « L’on a été informé que les enseignants-chercheurs des autres universités comme Fianarantsoa, Toamasina, Antsiranana ou encore Mahajanga ont déjà reçu leurs indemnités. D’un autre côté, l’engagement à faire auprès des Finances au titre de cette année serait clôturée à partir du 29 novembre prochain. Ceci pour dire que le paiement de nos dus pourrait encore être reporté pour 2018 si le ministère de tutelle ne se mobilise pas à temps », ajoute le premier responsable.
La grève du Seces de Toliara n’impacte pas sur la tenue des concours d’entrée en première année au sein de l’université de Maninday, lesquels s’y déroulent depuis hier. Le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, prévu pour le 27 novembre prochain, en sera également épargné. Toutefois, cette grève des enseignants-chercheurs pourrait retarder la sortie des résultats ou encore la rentrée de 2017-2018. Ceci d’autant plus que les vacances sont courtes, voire inexistantes, pour les étudiants locaux. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique devrait prendre au sérieux ce cas et y apporter des solutions afin que les étudiants n’en deviennent pas victimes. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff