Publié dans Société

Epidémie de peste - Le syndicat des médecins monte au créneau

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

Depuis le début de la saison pesteuse, les tâches des médecins sont au centre des discussions. Ces personnels sont pointés de doigt pour avoir effectué des faux traitements,  des faux diagnostics dans les centres de traitement de cette maladie ou dans les centres de santé de base (Csb) et récemment cette (fausse) opération de vaccination.

En conséquence, la population deverse sa colère sur les médecins. Depuis la propagation de l'épidémie de peste, l'éthique et la déontologie des médécins, notamment dans les établissements publics sont remises en cause. Ainsi, bon nombre de malades refusent de consulter les hopitaux ou les Csb. Malgré cela, les médecins risquent pour leur santé. Depuis le mois d'août, une trentaine d'internes des hopitaux sont contaminés par la peste, et cela à cause du manque d'équipements de protection.  

Face au danger qui mine les travaux des médecins actuellement, le Syndicat des médecins fonctionnaires de Madagascar (Smedfm) sort de son mutisme. Hier, les membres de ce syndicat ont effectué une déclaration qui condamme l'intimidation des agents de la santé. « Nous les médecins, nous connaissons que le vaccin contre la peste n'existe pas encore. C'est inutile de faire croire dans les écoles que cela existe », avance le secrétaire générale dudit Syndicat, Dr Liva Andrianarijaona. Selon toujours cette déclaration, confondre la médécine et la politique est un grand danger pour la santé de la population. Par ailleurs, l'amélioration des équipements dans les établissements hospitaliers revient aux dirigeants, outre la formation régulière des personnels. Les médecins revendiquent également la révision de leurs indemnités de risque. Pourtant, ce syndicat encourage ces derniers à respecter le serment d'hippocrate ainsi que l'éthique et la déontologie de leur métier.

Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff