Publié dans Société

Epidémie de peste - Le syndicat des médecins monte au créneau

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

Depuis le début de la saison pesteuse, les tâches des médecins sont au centre des discussions. Ces personnels sont pointés de doigt pour avoir effectué des faux traitements,  des faux diagnostics dans les centres de traitement de cette maladie ou dans les centres de santé de base (Csb) et récemment cette (fausse) opération de vaccination.

En conséquence, la population deverse sa colère sur les médecins. Depuis la propagation de l'épidémie de peste, l'éthique et la déontologie des médécins, notamment dans les établissements publics sont remises en cause. Ainsi, bon nombre de malades refusent de consulter les hopitaux ou les Csb. Malgré cela, les médecins risquent pour leur santé. Depuis le mois d'août, une trentaine d'internes des hopitaux sont contaminés par la peste, et cela à cause du manque d'équipements de protection.  

Face au danger qui mine les travaux des médecins actuellement, le Syndicat des médecins fonctionnaires de Madagascar (Smedfm) sort de son mutisme. Hier, les membres de ce syndicat ont effectué une déclaration qui condamme l'intimidation des agents de la santé. « Nous les médecins, nous connaissons que le vaccin contre la peste n'existe pas encore. C'est inutile de faire croire dans les écoles que cela existe », avance le secrétaire générale dudit Syndicat, Dr Liva Andrianarijaona. Selon toujours cette déclaration, confondre la médécine et la politique est un grand danger pour la santé de la population. Par ailleurs, l'amélioration des équipements dans les établissements hospitaliers revient aux dirigeants, outre la formation régulière des personnels. Les médecins revendiquent également la révision de leurs indemnités de risque. Pourtant, ce syndicat encourage ces derniers à respecter le serment d'hippocrate ainsi que l'éthique et la déontologie de leur métier.

Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff