Publié dans Société

Epidémie de peste - Le syndicat des médecins monte au créneau

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

Depuis le début de la saison pesteuse, les tâches des médecins sont au centre des discussions. Ces personnels sont pointés de doigt pour avoir effectué des faux traitements,  des faux diagnostics dans les centres de traitement de cette maladie ou dans les centres de santé de base (Csb) et récemment cette (fausse) opération de vaccination.

En conséquence, la population deverse sa colère sur les médecins. Depuis la propagation de l'épidémie de peste, l'éthique et la déontologie des médécins, notamment dans les établissements publics sont remises en cause. Ainsi, bon nombre de malades refusent de consulter les hopitaux ou les Csb. Malgré cela, les médecins risquent pour leur santé. Depuis le mois d'août, une trentaine d'internes des hopitaux sont contaminés par la peste, et cela à cause du manque d'équipements de protection.  

Face au danger qui mine les travaux des médecins actuellement, le Syndicat des médecins fonctionnaires de Madagascar (Smedfm) sort de son mutisme. Hier, les membres de ce syndicat ont effectué une déclaration qui condamme l'intimidation des agents de la santé. « Nous les médecins, nous connaissons que le vaccin contre la peste n'existe pas encore. C'est inutile de faire croire dans les écoles que cela existe », avance le secrétaire générale dudit Syndicat, Dr Liva Andrianarijaona. Selon toujours cette déclaration, confondre la médécine et la politique est un grand danger pour la santé de la population. Par ailleurs, l'amélioration des équipements dans les établissements hospitaliers revient aux dirigeants, outre la formation régulière des personnels. Les médecins revendiquent également la révision de leurs indemnités de risque. Pourtant, ce syndicat encourage ces derniers à respecter le serment d'hippocrate ainsi que l'éthique et la déontologie de leur métier.

Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff