Publié dans Société

Agression meurtrière d’un comorien - La Justice libère tous les accusés

Publié le mercredi, 25 octobre 2017

En avril de l’année dernière, un étudiant comorien de 32 ans a perdu la vie probablement au cours d’une agression de bandits du côté d’Ambohimirary. En effet, les agresseurs auraient vu en lui un témoin gênant et l’ont froidement abattu. Ils sont alors entrés de force dans son domicile  pour perpétrer le crime.  Bien entendu, le Comorien fut également dépossédé d’une somme d’argent,  de quelques biens ou autres objets de valeur.

Vers le début de la semaine, l’affaire a été jugée au tribunal d’Anosy où les 5 personnes impliquées dans celle-ci, ont comparu devant le juge. Cependant, ce dernier a décidé de les relaxer tous au bénéfice du doute. C’est bien le cas de l’accusé principal, connu sous le sobriquet de « Mainty », de son acolyte Lesabotsy mais aussi d’autres Comoriens, des voisins de la victime.  Durant les débats à l’audience, Mainty s’est défendu, avançant que  la police l’a cuisiné pour le contraindre à dénoncer tous les présumés co-auteurs du crime dont  notamment Lesabotsy. L’interrogatoire musclé, selon ses propos, l’a alors poussé à dire n’importe quoi dans une affaire qui ne devait guère le concerné. Même argument pour son co-accusé pour se disculper. Ce dernier a affirmé qu’il n’a jamais connu Mainty mais que l’on les a tous raflés en même temps.  A l’époque, le gang composé de 7 personnes, a pris d’assaut une  maison  voisine de celle du  Comorien. Surpris d’entendre des coups de feu,  l’étudiant a eu le malheur d’ouvrir sa fenêtre pour voir ce qui a pu se passer. Au même moment, les bandits l’ont vu et que deux d’entre eux s’étaient rués sur sa maison afin de l’éliminer. Le malheureux qui venait de décrocher un master, envisageait de regagner les Comores quelques jours plus tard. Son billet d’avion avait été retrouvé dans l’appartement.

Franck Roland

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff