Publié dans Société

Meurtre à Ambohitrarahaba - Deux adolescents avouent l’assassinat

Publié le mercredi, 11 octobre 2017

Quelques heures après la découverte du corps d’un jeune garçon de 12 ans sauvagement  assassiné mardi chez lui à Ambohitrarahaba,  puis  la localisation à Anosiala Ambohidratrimo  de sa petite sœur de 6 ans après son enlèvement,  presque tout un coin de voile venait d’être  levé sur cette affaire qui a tenu en haleine le public dans la journée. En effet, les deux présumés assassins ont été démasqués. Il s’agit de deux adolescents dont une jeune fille de 15 ans et son ami  de 13 ans.  Et d’une révélation à l’autre, ces deux-là  ne sont autres que des compagnons de jeux des victimes. Ce qui veut dire donc que tueurs et victimes seraient donc des voisins de quartier à Ambohitrarahaba. Actuellement, les deux adolescents suspectés sont placés en garde-à-vue dans les locaux de la gendarmerie en ville.

Mais comment ces  adolescents ont-ils pu être démasqués et pourquoi sont-ils arrivés jusqu’à ce stade ? Après leur forfait, ils n’auraient pas prévu que leur petite otage, qui est donc heureusement saine et sauve,  allait tout dévoiler à la gendarmerie. La fillette a  alors raconté aux enquêteurs qu’elle était accompagnée par ses camarades de jeu qui l’auraient laissée dans cet endroit d’Anosiala.     C’est en effet dans un terrain vague ou plutôt une clairière  que le fokonolona l’a repérée après avoir entendu la petite pleurer vers 18h. Elle avait avec elle un petit panier dans lequel se trouvaient, à son insu, les globes oculaires de son frère assassiné.
S’appuyant sur le témoignage de la fillette, les gendarmes se sont rendus à Ambohitrarahaba. De leur côté,  les suspects, à leur retour d’Ambohidratrimo, ne s’étaient pas attendus à ce que les forces de l’ordre arrivent déjà sur place.  Ils ont fini par avouer d’autant plus qu’ils avaient sur eux la somme d’argent de 14 millions Ar et quelques billets de devises étrangères  subtilisées chez la famille victime ainsi que le téléphone portable du garçon assassiné. A eux de narrer qu’ils se sont déplacés à Anosiala dans le but de rechercher le commanditaire qui ne serait autre que la domestique des victimes. C’est d’ailleurs cette dernière, également une mineure, que les adolescents présumés assassins ont dénoncé avoir manigancé le vol ainsi que le meurtre au cas où…
La domestique leur a fourni la double des clés de la maison afin qu’ils puissent entrer facilement chez leurs cibles et de voler une somme d’argent qu’elle n’a pas oublié d’indiquer l’emplacement.
« La domestique aurait amadoué les adolescents qu’ils partageront le butin » selon une source proche du dossier. Elle les aurait également conseillés d’éliminer tout témoin gênant susceptible de se mettre en travers de leur funeste objectif. C’est certain que l’adolescent les a surpris, ce qui explique son assassinat. Pire, la domestique aurait suggéré aux présumés assassins d’enlever les yeux de la victime afin d’empêcher, soi disant, que leur image ne soit retenue sinon enregistrées dans le regard de l’adolescent.
Sitôt leur forfait accompli, une désagréable surprise attendait les assassins : la servante n’était plus là ! D’où leur décision d’aller en compagnie de la fillette pour la rechercher  jusqu’à Anosiala Ambohidratrimo où cette dernière serait domiciliée.
Rappelons que l’après-midi du drame, la mère des victimes s’est alarmée en ne voyant pas ses progénitures venir à sa rencontre  comme à leurs habitudes lorsqu’elle était rentrée chez elle mardi soir. Elle a alors alerté le quartier mobile et ils ont découvert le corps atrocement mutilé et ligoté de son fils dans la salle de bains. Quant à sa fille, pas trace…..
Ce n’est pas la première fois qu’on entend des mineurs tuer pour de l’argent. Il y a quelques années, deux autres adolescents ont assassiné leur oncle pour s’emparer de son argent à Andraisoro.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff