Publié dans Société

Viols à l’île Maurice - Les 3 femmes malagasy accusées de fausses déclarations

Publié le mardi, 10 octobre 2017

Comme on l’a redouté, les trois femmes malagasy de 21 à 43 ans et qui ont accusé trois « gros bras » pour viol le 2 octobre dernier à l’île Maurice, n’ont raconté que des bobards à la Police mauricienne qui a les arrêtées puis placées en détention. Après qu’elles ont donné leur version des faits, elles ont été libérées sur parole et devront comparaître devant le Tribunal de Pamplemousses, lundi prochain. Avec les preuves constituées par les images fournies par les caméras de surveillance, mais aussi les versions des trois gros bras soupçonnés de viol, ces femmes étaient bel et bien donc consentantes dans les relations sexuelles qu’ils ont eues avec ces Mauriciens. Pour preuve, les plaignantes affirment avoir fait une fausse déclaration dans le but de se venger, selon un quotidien mauricien du week-end dernier. A l’explication de leurs rétractions, leurs ébats filmés par des caméras de surveillance et qu’elles semblaient ne pas s’y attendre. Pour en avoir le cœur net, les enquêteurs mauriciens ont  examiné la chambre où les femmes malagasy ont été avec ces supposés violeurs. Mais viol ou pas, les enquêteurs, après avoir soumis les trois gros bras à l’audition, détiennent les preuves du mensonge venant de celles qui ont affirmé avoir été violées. Outre le fait qu’ils constatent que la pièce est équipée de caméras, les images filmées étaient loin d’avoir un seul trait au viol. Après avoir entendu les versions des trois femmes, la Police mauricienne a décidé de les convoquer. Puis, les deux parties ont été appelées à se confronter.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff