Publié dans Société

Peste à Toamasina - Deux morts, 250 personnes mises en quarantaine

Publié le mardi, 12 septembre 2017

La ville du grand Port en état d’alerte. La peste pulmonaire y fait rage depuis la fin du mois d’août dernier. Mais le nombre de cas a boosté depuis le week-end jusqu’au début de cette semaine, à en croire un médecin traitant travaillant dans la ville de Toamasina. Selon les explications d’un responsable local, la femme décédée récemment dans un hôpital d’Antananarivo aurait propagé la peste lors de son séjour à Toamasina, depuis le 28 août dernier. Depuis, environ 250 personnes en contact avec la défunte, originaire d’Ankazobe, sont mises en quarantaine dans un endroit isolé de l’Hôpitaly Be de Toamasina.


« Deux de mes connaissances ont perdu la vie en quelques jours et 8 autres hospitalisées d’urgence à cause de la peste pulmonaire », témoigne un jeune cadre dans cette localité. « Une étudiante en 3e année a décédé subitement la semaine dernière. Avant le rapatriement du corps à Vohémar, ses amis, collègues et proches ont assisté aux 2 nuits de veillée funèbre au campus universitaire. C’est seulement hier qu’un médecin nous a révélé que la défunte aurait perdu la vie suite à une peste pulmonaire. Du coup, tous ceux qui ont présenté leurs condoléances et présents aux veillées funèbres doivent se présenter à la médecine préventive de l’université dès demain (ndlr ce jour) », nous confie une étudiante de Barikadimy. D’ailleurs, la panique ne cesse de gagner de l’ampleur dans ce campus depuis lundi dernier.

Deux foyers pesteux

Pour sa part, le directeur régional de la Santé dans la Région Atsinanana, Dr Raymond Rakotoarimanana, a avancé que « les cas suspects de peste pulmonaire sont enregistrés dans 2 quartiers de Toamasina, à savoir Mangarano et Salazamay ». Toutefois, il n’a pas communiqué le nombre de morts et de cas recensés jusqu’à maintenant. Ce silence est aussi partagé par les responsables auprès du ministère de tutelle. Ces derniers se contentent juste d’avancer qu’une investigation est en cours concernant la peste, non seulement à Toamasina mais aussi dans les autres Régions à savoir Alaotra Mangoro, Analamanga et Itasy. « Les agents de santé envoyés dans les zones suspectes maîtrisent la situation, dont les risques de propagation de l’épidémie à Toamasina », a rassuré le directeur régional de la santé de l’Atsinanana. 

Hausse vertigineuse  du « Cotrim »

Mais cette déclaration des responsables locaux ne soulage guère les habitants, lesquels se sont rués vers les pharmacies et vendeurs de médicaments pour s’acquérir de « Cotrim ». Au lieu de 50 ariary le comprimé donc, ce médicament générique a été vendu jusqu’à 300 ariary depuis hier matin. La prise de 4 comprimés par jour, 2 dans la matinée et 2 dans la soirée, constitue la principale précaution adoptée par les habitants. Ils ont aussi renforcé les activités d’assainissement, dont le débroussaillage et la désinsectisation.
Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff