Publié dans Société

Betroka - Coup de filet sur des fabricants de munitions

Publié le lundi, 11 septembre 2017

Alors que le torchon brûle entre le député de Betroka Nicolas Randrianasolo et le commandant de compagnie de la Gendarmerie locale, cette dernière multiplie ses efforts pour démanteler les réseaux de bandits. Récemment, la Gendarmerie a  procédé  à l’arrestation de 8 personnes soupçonnées d’actes de banditisme. Si 3 d’entre-elles seraient des dahalo qui ont planifié un assaut, les 5 autres font partie d’un groupuscule spécialisé dans la chimie en vue de fabriquer des munitions. Ces individus seraient les fournisseurs des gangs ou autres dahalo de la région en munitions. Pour preuve, les gendarmes leur ont trouvé 210 kg de chlorate de sodium.

L’après-midi du   9 septembre donc, une patrouille de gendarmes a été informée  sur un attroupement de dahalo sur l’axe qui rejoint Antranovato et qui passe près de l’aérodrome à la sortie de Betroka. Selon un renseignement, les bandits seraient en train de planifier une attaque. A l’apparition des gendarmes, les suspects ont essayé de prendre la fuite. Trois fugitifs ont été capturés vivants. Sur les concernés, les gendarmes ont fait la saisie d’amulette, de linceul qui devait servir pendant leur forfait, des cartouches de fusils, des agents chimiques prévus  pour recharger les cartouches ayant servi, une panoplie de tiges de métal et d’étain, des piles Alcaline prévues être transformées en projectiles. L’audition des trois larrons a permis de savoir qu’ils s’étaient procurés de ces agents chimiques auprès d’un couple domicilié à Betroka.  Aussitôt après, ce dernier fut également interpellé. Le lendemain de cette enquête, les investigations des gendarmes les ont poussés à voir ce qui se passe dans la maison voisine de celle du couple en cause. Cette fois-ci, elle appartient à un gardien. Selon un renseignement, des individus ont été vus acheminer quelques sacs qui devraient contenir du chlorate de sodium. La perquisition qui s’en était suivie l’a confirmé : 3 sacs bourrés de ces mêmes produits chimiques s’y trouvaient effectivement. Les bruits ont circulé que certains ont transféré la marchandise dans le domicile du gardien au service d’un particulier nommé F.L. à la rumeur de la perquisition. Au total, il y eut 125 kg de chlorate de sodium qui étaient répartis dans plusieurs petits paquets. Les époux gardiens furent également mis en état d’arrestation. A leur tour, ils ont dénoncé une femme, qui n’est autre que l’épouse de leur employeur. Recherché, ce dernier qui répond au nom de  D.A, aurait quitté Betroka tôt le matin du 10 septembre. A noter que D.A et  F.L. sont beaux-frères. Il y a quelques mois, le premier a déjà eu maille à partir avec la Justice pour une affaire de détention illégale d’arme mais a obtenu une liberté provisoire. Tous ces suspects seraient les fournisseurs en agents chimiques de la région dont ils commercialisent à raison de 10 000 ariary l’équivalent d’une petite boite « madco », éléments permettant de fabriquer 70 balles de fusils de chasse. L’enquête suit son cours.
Franck Roland 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff