Publié dans Société

Affaire Bni Tsimbazaza - Le suspect serait toujours à Madagascar

Publié le dimanche, 10 septembre 2017

11 août-11 septembre. Cela fait déjà un mois que l’avis de recherche à l’encontre d’Yves Daniel Razakarivony Rivofanantenana, dit Yves (40 ans),  employé de la Bni à Tsimbazaza, est lancé par les Forces de l’ordre. Disparu avec les 445 millions d’ariary de la banque, il est fortement recherché par la Police nationale, mais les investigations de cette dernière demeurent infructueuses jusqu’ici. La Police a affirmé que le suspect est toujours à Madagascar et se terre quelque part. Elle se base sur les faits que « le concerné est blacklisté et que les contrôleurs de nos frontières ne manqueront pas de l’identifier si jamais il s’aviserait à prendre un vol dans les aéroports de Madagascar ou à embarquer dans un quelconque navire », explique-t-on du côté du service des renseignements de la Police nationale à Anosy.

Les patrons de la Brigade criminelle (Bc) sont aussi de même voix que leur homologue du précédent service.  Les enquêteurs de la Bc sont persuadés que le quadragénaire et ses complices auraient longuement fomenté leur sale coup. Malgré le fait qu’il se cache dans un ou des endroits insoupçonnés de la Grande île, Yves évite soigneusement de contacter ses proches, selon l’information.  Cependant, nul n’est sans savoir que nos frontières seraient justement poreuses. Personne, encore moins la Police ne pourrait garantir qu’il n’aurait pas pris un boutre dans l’un des nombreux petits ports de nos côtes pour quitter en cachette le pays. Des personnes recherchées parviennent toutefois à faufiler et se prélassent actuellement à l’étranger. Le cas d’une personnalité connue au sein de la Banque centrale et qui s’est évaporée avec des dizaines de milliards d’ariary en est la preuve. Recherché après avoir réalisé ce grand coup à la Banque centrale de Manakara, ce cadre supérieur a pu tout de même filer hors des frontières malagasy. Le peu de moyens à la disposition de la Police et de la Gendarmerie constitue un frein à un résultat rapide. Une personnalité controversée. C’est le moins qu’on puisse dire à propos du concerné. Une cliente se remémore surtout d’un homme assez gauche mais qui souriait toujours. Une autre s’est souvenue d’un banquier serviable et toujours à l’écoute de son interlocuteur.  Bref, un homme d’une apparence flegmatique voire inoffensive. Mais après son sale coup, le 10 août dernier, l’opinion s’était lourdement trompée sur son compte.
Ce jour-là, ayant profité de l’absence de ses collègues, alors partis casser la croûte, ce résident d’Anjomakely a transporté ces fonds jusque dans sa voiture, une Renault Clio immatriculée 9881 TBB garée près de la banque. Une partie de cette somme qui s’élève à 225 millions ariary a été prévue être versée dans le guichet automatique de banque (Gab) tandis que l’autre somme, évaluée à 215 millions d’ariary, se trouvait déjà dans la caisse. Puisque c’est lui qui détenait la clé du coffre, il lui était plus facile d’opérer à l’insu de ses collègues. Depuis, on ne l’a plus revu malgré l’avis de recherche émis à son encontre.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff