Publié dans Société

Transport en commun - Métro à Abidjan et à Maurice, cyclo-pousse à Antananarivo

Publié le dimanche, 10 septembre 2017

Madagascar à la traine. Une fois encore, les autres pays d’Afrique qui étaient sur le même point que Madagascar en matière de développement viennent de dépasser largement la Grande île. La mise en œuvre d’un grand projet de construction d’un métro à Abidjan fait partie des projets innovants en Côte d’Ivoire. En fait, la ligne 1 de ce métro, longue de 37,9km, vise le transport d’environ 300 000 passagers par jour dans la capitale économique ivoirienne. Elle desservira l’agglomération d’Abidjan, en partant d'Anyama au Nord à l'aéroport international Félix-Houphouët-Boigny au Sud, en passant par le célèbre quartier d'affaires du Plateau. Le début des travaux y afférents se fera incessamment, notamment après l’obtention d’une aide de la France à hauteur de 1,4 milliard d’euros.

Ce soutien financier français permet de boucler le financement de ce projet. L’exécution de celui-ci a été, notons-le, reportée à plusieurs reprises à cause des désaccords entre le Gouvernement ivoirien et les entreprises prestataires, avant que la France alloue ce financement conséquent. Pour Maurice, un métro électrique circulera dans cette île sœur à partir de septembre 2019. Selon les prévisions, les premiers travaux débuteront ce mois- ci et dureront 2 ans. La première tranche du projet relie Port Louis, la Capitale mauricienne, à Rose Hill tandis que la deuxième ligne, jusqu’à Curepipe, sera opérationnelle en 2021. La réalisation d’une partie de ce projet ambitieux se fera grâce au financement du Gouvernement indien s’élevant à 240 millions d’euros. Le coût total de l’opération, soit le tronçon de 26km, se chiffre à 460 millions d’euros, soit 18,8 milliards de roupies mauriciennes. Mais malgré l’enthousiasme des dirigeants mauriciens quant à la mise en place de ce nouveau mode de transport en commun, les protestations du côté des transporteurs se cumulent. Ces opposants misent plutôt sur l’exploitation des bus et la modernisation des infrastructures routières.  A Madagascar, le projet d’intégration de l’autobus intelligent dans la zone urbaine et suburbaine a engendré le mécontentement des transporteurs. Ces derniers trouvent que ce genre de véhicule n’est pas adapté aux infrastructures routières existantes. D’un autre côté, l’on a constaté que les charrettes, pousses-pousses et cyclo-pousses circulent encore librement, même en ville. De plus, ils constituent les moyens de transport en commun les plus prisés dans certaines localités, depuis Antsirabe qui se trouve encore dans la province d’Antananarivo. Tout ceci pour dire que jusqu’à maintenant, le projet d’installation d’un métro, tramway ou autre moyen de transport moderne de ce genre reste une utopie dans le pays. Les obstacles sont nombreux, à commencer  par les infrastructures hors normes, le manque de volonté des transporteurs à améliorer la qualité de service et le moyen limité des passagers. Pis, la gabegie ou encore le laxisme des dirigeants aggravent les choses.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff