Publié dans Société

Meurtre de Jacky Tsiandopy - L’étau se resserre autour de ses proches

Publié le jeudi, 03 août 2017

Trois jours après la découverte du corps sans vie de l’ancien ministre de la Fonction publique et des lois sociales,Jacky Tsiandopy dans sa villa à Ivato, l’enquête semble être sur la bonne voie. « Même s’il n’y a pas encore d’interpellations, plusieurs personnes ont été entendues et des perquisitions ont eu lieu », annonce-t-on du côté de la Gendarmerie.

 

Mais aucune précision n’a été apportée concernant les identités des concernés, encore moins à propos des domiciles perquisitionnés. En attendant, les bruits circulent que le ou les auteurs de l’assassinat, seraient des proches de la victime, du moins ce que les informations ont révélé en marge de l’enquête officielle menée par la section de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale.  A preuve, aucune trace d’effraction n’a été relevée dans la résidence de la victime et que nul autre n’a entendu les chiens de garde aboyer. Rappelons que le crime s’est accompagné de vols de l’ordinateur, des téléphones cellulaires, de la somme d’argent et autres objets de valeur. D’ailleurs, l’appartement a été mis dans tous ses états au moment du constat sur place. 

L’absence de réaction chez les animaux domestiques à l’extérieur de la maison semble aussi confirmer qu’il ne devait donc avoir aucune intrusion depuis l’extérieur dans le local. Autre information de coulisse, il y avait des proches de Tsiandopy dans la maison ce soir-là. Cependant, ces derniers étaient sortis pour un motif non encore déterminé, laissant donc le maître de céans seul dans la villa. Il faut noter que son épouse n’était pas sur place, ayant alors rejoint le Nord pour passer ses vacances. 

Selon une dernière information, la dépouille mortelle du désormais ex-président du syndicat des inspecteurs généraux de l’Etat, quittera la capitale dimanche prochain pour regagner Antsiranana où l’inhumation sera prévue. On assure que l’enquête en cours sur cette affaire, va connaître un dénouement dans les prochains jours. 

F.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff