Publié dans Société

Andavamamba - Ambilanibe Une maison ravagée par un incendie

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

Une maison à étages a été la proie des flammes samedi vers midi à Ambilanibe, dans le quartier d'Andavamamba. L'étendue des dégâts a été telle qu'aucun mobilier n'a pu être sauvé du feu. Tous les appartements occupés par au moins quatre familles différentes ont été réduits en flammes. Les dégâts sont estimés à plusieurs millions d'ariary. Du coup, le sinistre a également jeté plus de 20 locataires dans la rue, devenus malgré eux des sinistrés.

Des riverains confient qu'un court-circuit serait à la base de ce sinistre aux conséquences désastreuses pour les victimes.  « Le court-circuit, d'où le feu a démarré, est survenu durant l'absence des locataires partis assister à un culte. Puisque nous n'avons pas pu accéder chez eux afin au moins de tenter de circonscrire les flammes, nous ne pouvions que nous borner à assister avec impuissance aux ravages laissés par les flammes, trop puissantes et trop véloces pour attaquer l'ensemble du bâtiment », déplore une jeune locataire.
Comme dans pareille situation, les voisins des victimes se sont mobilisés afin d'essayer de combattre avec acharnement le feu, hélas trop puissant à leurs yeux que les moyens qu'ils ont déployés à cet objectif, s'avéraient donc dérisoires. Beaucoup s'étonnaient aussi du retard présumé des sapeurs-pompiers pour intervenir. Certains se sont alors plaints que le numéro d'urgence des soldats du feu n'aurait pu être joint qu'après de multiples tentatives, encombrement de lignes oblige !
Cependant, l'intervention des pompiers a quand même pour effet d'empêcher les flammes de s'étendre sur les maisons voisines. Leur mission a été également de nettoyer les alentours du lieu du sinistre, et cela afin d'étouffer complètement des braises ou autres flammèches encore en activité dans certaines poches de la maison en feu et qui seraient encore susceptibles de constituer un nouveau foyer d'incendie. Bref, une tâche que les riverains ne seraient jamais en mesure de réaliser. Enfin, la Police s'était également dépêchée sur place. Son rôle a été de surveiller la zone du sinistre afin d'éviter toute éventuelle incursion de profiteurs pour y commettre des vols.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff