Publié dans Société

Andavamamba - Ambilanibe Une maison ravagée par un incendie

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

Une maison à étages a été la proie des flammes samedi vers midi à Ambilanibe, dans le quartier d'Andavamamba. L'étendue des dégâts a été telle qu'aucun mobilier n'a pu être sauvé du feu. Tous les appartements occupés par au moins quatre familles différentes ont été réduits en flammes. Les dégâts sont estimés à plusieurs millions d'ariary. Du coup, le sinistre a également jeté plus de 20 locataires dans la rue, devenus malgré eux des sinistrés.

Des riverains confient qu'un court-circuit serait à la base de ce sinistre aux conséquences désastreuses pour les victimes.  « Le court-circuit, d'où le feu a démarré, est survenu durant l'absence des locataires partis assister à un culte. Puisque nous n'avons pas pu accéder chez eux afin au moins de tenter de circonscrire les flammes, nous ne pouvions que nous borner à assister avec impuissance aux ravages laissés par les flammes, trop puissantes et trop véloces pour attaquer l'ensemble du bâtiment », déplore une jeune locataire.
Comme dans pareille situation, les voisins des victimes se sont mobilisés afin d'essayer de combattre avec acharnement le feu, hélas trop puissant à leurs yeux que les moyens qu'ils ont déployés à cet objectif, s'avéraient donc dérisoires. Beaucoup s'étonnaient aussi du retard présumé des sapeurs-pompiers pour intervenir. Certains se sont alors plaints que le numéro d'urgence des soldats du feu n'aurait pu être joint qu'après de multiples tentatives, encombrement de lignes oblige !
Cependant, l'intervention des pompiers a quand même pour effet d'empêcher les flammes de s'étendre sur les maisons voisines. Leur mission a été également de nettoyer les alentours du lieu du sinistre, et cela afin d'étouffer complètement des braises ou autres flammèches encore en activité dans certaines poches de la maison en feu et qui seraient encore susceptibles de constituer un nouveau foyer d'incendie. Bref, une tâche que les riverains ne seraient jamais en mesure de réaliser. Enfin, la Police s'était également dépêchée sur place. Son rôle a été de surveiller la zone du sinistre afin d'éviter toute éventuelle incursion de profiteurs pour y commettre des vols.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Houcine Arfa - Le mystère demeure entier
  • Laïcité de l’Etat - Hery Rajaonarimampianina perpétue l’infraction
  • Marc Ravalomanana - La persécution continue
  • Changement de gouvernement - Bruit de bottes à la primature
  • Loi sur la Zone économique spéciale - Benjamina Ramanantsoa humilié
  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis

La Une

Editorial

  • L’effondrement !
    L’anéantissement du régime, en place, serait-il proche ? Des signes précurseurs semblent l’annoncer. Essoufflement, fatigues ou sueurs froides, des symptômes réels d’une maladie grave  et qui apparaissent au moindre effort physique. On dirait qu’il ne reste plus au « malade » que quelque temps ! Sous une autre forme, l’édifice du parti au pouvoir, le HVM (Hery vaovaon’ny Madagasikara) dont la « construction » ne datait que de 2013, semble déjà menacé par l’apparition, ici et là, sur la façade principale, des « fissures  béantes ». Pour les spécialistes en bâtiment, l’effondrement de la bâtisse ne serait plus qu’une question de temps à moins que de sérieuses réparations ne soient pas effectuées, surtout en cette période de fortes pluies.

A bout portant

AutoDiff