Publié dans Société

Traitement des cancers gynécologiques - Le tiers des patientes livrées à leur sort

Publié le mercredi, 21 juin 2017

Coûteux et compliqué. Le traitement du cancer du sein et celui du col de l’utérus, appelés communément cancers gynécologiques, est entièrement pris en charge par les patientes elles-mêmes, sans aucune aide de l’Etat. Pourtant, les dépenses engagées depuis les analyses jusqu’à l’hospitalisation, en passant par les divers médicaments et la chimiothérapie, coûtent dans les 2 à 3 millions d’ariary, à en croire le chef du service oncologie au sein de l’Hjra, le Dr Tovo Harivony.

« A cela s’ajoutent les 2 mois de séances de radiothérapie pour garantir la guérison, tant pour le cancer du sein que celui du col de l’utérus, dont les frais s’élèvent jusqu’à 10 millions d’ariary », souligne ce responsable. Face à ces coûts exorbitants, seules 60 à 70% des patientes de ces cancers peuvent suivre convenablement le traitement. Certaines n’arrivent même pas à le faire jusqu’au bout faute de moyens. Autrement dit, le tiers des cancéreuses, voire plus, sont perdues de vue et livrées à leur sort, sans une prise en charge « abordable ». Jusqu’à maintenant, seule une clinique privée de la Capitale dispose de l’appareil pour la radiothérapie. Pourtant, 90% des cas reviennent et s’aggravent sans cet ultime traitement.

500 à 600 nouveaux cas par an

Plus de la moitié des cas détectés auprès des centres hospitaliers concernent les cancers gynécologiques. « Depuis 2010, l’on enregistre 1 000 à 1 200 nouveaux cas de cancers par an, dont plus de 50% des patients sont des femmes atteintes du cancer du sein ou du col de l’utérus. Environ 600 patients suivent actuellement des traitements auprès de notre service », fait part le Dr Tovo Harivony. Pour le cancer du sein, la patiente doit effectuer une chirurgie, 6 à 8 séances  de chimiothérapie et un traitement de radiothérapie pour se rétablir. Une intervention chirurgicale fera pourtant l’affaire pour une patiente d’un cancer du col de l’utérus de moins de 3cm, sinon la radiothérapie s’avère indispensable pour le reste. « Le fait est que la plupart des patients ne consultent les centres de santé qu’une fois les cancers  sont au stade avancé. Cependant, la prise en charge serait facile et le coût du traitement moins onéreux s’ils y arrivent à temps », résume le Dr Willy Randriamarotia, directeur de cabinet du ministère de la Santé publique (Msp). Notons que la première consultation nationale sur les cancers gynécologiques se tient depuis hier et pendant 3 jours au Carlton Anosy. Une occasion entre les participants, y compris des experts internationaux, d’échanger leurs expériences et recommandations pour des actions coordonnées dans la lutte contre ces cancers des femmes.

Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives
  • Révision de la Constitution - Une velléité à effacer les traces d'Andry Rajoelina
  • Trafic de drogue et attaques - Deux gendarmes épinglés
  • Mesures contre les accidents - Rien que des effets d'annonce
  • Ville d’Ambatondrazaka - Le journal « La Vérité » censuré

La Une

Editorial

  • Désavoué
    La lune de miel du tandem Iavoloha-Anosikely n'a duré qu'un seul été ! Le locataire d'Iavoloha et le tenant du perchoir d'Anosikely, en couple de raison, formait un ménage apparemment solide. Mais très vite, le mari s'est rendu compte que sa « belle conquête » parait trop…âgée pour affronter efficacement l'avenir.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff